Vous êtes ici : LE COIN DES PARENTS-69

LE COIN DES PARENTS-69

mascotte-coin-des-parents-50Le coin des parents

 

La ChouetteL'écolomag 69


 

Nathalie-Reinhardt-66AU-TO -NO-MIE
Oui, mais moi, je sers à quoi, alors,
en tant que parent ?

proposé par Nathalie Reinhardt coordinatrice de l’Atelier Gordon (www.ateliergordon.com)

Plus sur cet article et vos réactions sur notre page Facebook :
L’Atelier Gordon France.

Partagez aussi entre parents dans notre groupe Facebook :
Les Ateliers Gordon.

C’est vrai, finalement. Nos enfants dépendent de nous. À leur arrivée, notre vie se transforme tant cette dépendance nous oblige à, nous touche, nous responsabilise. Que de magnifiques liens se tissent dans les premières heures, semaines et mois de leur vie. Nous leur devons de les protéger, de leur permettre de traverser au mieux ces premiers temps si cruciaux.

Et quoi ? Vous nous parlez d’autonomie ? Mais c’est de sécurité dont ils ont besoin !

Et si l’autonomie était un facteur de sécurité ?

En tant que parents, nous avons tendance à penser qu’autonomie et sécurité sont antinomiques. Dans le but de protéger nos enfants, nous avons parfois du mal à lâcher la bride. Plein de bonnes raisons nous incitent à projeter sur eux nos propres modes de fonctionnement, ainsi que nos craintes. Nous confondons même souvent nos émotions avec les leurs, ou leurs émotions avec les nôtres !

Alors, on les protège, au risque parfois de les empêcher de trouver l’occasion de développer leur autonomie.

bebe-img1Quelques années plus tard, nous nous demandons POURQUOI ils n’arrivent pas à comprendre qu’ils doivent faire leurs devoirs par eux-mêmes, et pourquoi il faut que nous soyons toujours derrière eux pour qu’ils travaillent ! Pour que nos enfants soient autonomes quand ils approchent de l’adolescence et après – sans trop d’accrocs –, rien de tel que de les avoir accompagnés peu à peu sur ce chemin depuis qu’ils sont tout petits.

J’ai récemment vu deux vidéos extraordinaires. Sur la première, on voit un bébé de 8 mois qui tente la descente à 4 pattes d’une volée de marches en pierre à l’extérieur. Ces marches sont pleines d’aspérités. Le bébé est tout nu, en couche. Cela dure plusieurs minutes. Et franchement, moi, au bout de 20 secondes, j’aurais déjà récupéré le bébé dans mes bras pour l’empêcher qu’il tombe et se fasse mal. Et puis, tous ces essais infructueux, c’est pénible et cela prend du temps.

La vidéo suit ce bébé pendant plusieurs minutes. Après de nombreuses et vaines tentatives, sans aucune aide extérieure autre que les encouragements tranquilles de sa maman, le bébé est arrivé en bas. TOUT SEUL. Quelle expérience et quelle joie !

La seconde vidéo montre cet enfant à 14 mois sur la petite échelle d’un jeu en forme de château dans un parc. Il monte les échelons à une vitesse déconcertante. Arrivé en haut sur une petite plate-forme, il lève les bras au ciel et appelle sa maman. Elle comprend et lui apporte une petite chaise. Il cale la chaise et grimpe dessus afin d’atteindre l’échelon supérieur du château auquel il n’arrivait pas à avoir accès sinon. DINGUE ! Au regard de l’âge de l’enfant, quelle dextérité ! Et quelle leçon pour moi !

Alors, pour quelles « bonnes raisons » aurais-je pris ce bébé de 8 mois dans les bras au bout de 20 secondes d’essai de descente ?

Pour le protéger. Parce que je connais la « bonne façon de faire » (debout). Pour lui éviter de se faire mal. Pour que cela aille plus vite (mon rythme étant le « bon »). Plein de « bonnes raisons ». Mais, à la fin de l’histoire, le bébé qui a le plus de dextérité et qui sera le plus en sécurité quand il faudra grimper sur le château, c’est celui que l’on aura laissé descendre l’escalier en pierre jusqu’au bout ! Comme cet exemple nous le montre, c’est de notre attitude d’ouverture et d’acceptation et de la taille de l’espace d’expérimentation que nous donnerons à nos enfants que dépendra leur capacité à s’autonomiser. Il faudra leur laisser de la place pour plein de petits échecs et qu’ils construisent de grandes victoires. Et cela peut commencer dès qu’ils sont tout petits.

Alors, il ne s’agit pas d’observer l’enfant de loin et de s’en désintéresser. Il s’agit de rester suffisamment près pour le rattraper si jamais il tombait ET de le laisser faire cette expérience de SA façon, à SON rythme, avec ses petits échecs. C’est là où autonomie et sécurité se tissent et se renforcent.

Cet exemple parle d’un enfant en bas âge. Il en est de même pour les moyens et les grands enfants, avec évidemment des situations et des enjeux différents. Le principe reste le même : c’est parce que nous les AIDONS à être autonomes que nous leur permettons de gagner en sécurité et en confiance en eux-mêmes.

Alors, on sert à quoi, nous, en tant que parents ?

Notre job est de poser un cadre sécurisant et suffisamment large autour de l’enfant pour qu’il puisse faire ses expériences, tout en minimisant les risques graves si jamais il y avait un souci. Puis, de faire grandir ce cadre au fur et à mesure que l’enfant grandira, tout en manifestant de l’acceptation pour les petits et grands échecs, indispensables aux grandes réalisations.

Mais quand élargir le cadre ?

Ne vous inquiétez pas, nos enfants savent nous signaler quand il est trop serré, pour autant que l’on sache l’entendre ! Il suffit d’écouter leur irrésistible appel vers l’autonomie !

Heureuse et hâte d’avoir vos avis dans notre groupe Facebook, ainsi que sur notre page.

À très vite,

Nathalie Reinhardt
Fondatrice de l’Association Les Ateliers Gordon
www.ateliersgordon.org

 


 

Emilie-Boudot-66L' esprit Montessori
à la maison pour les 0-3 ans

Émilie Boudot est rédactrice web spécialisée en parentalité consciente et mode de vie écologique. Elle défend également une alimentation végétarienne en partageant ses recettes sur son blog : http://www.lescasserolesdemiliye.wordpress.com

proposé par Émilie Boudot

 

On observe depuis quelques années un intérêt croissant des parents pour les écoles relevant de la pédagogie Montessori. Une méthode d’éducation qui a également sa place dans le cadre familial, dès la naissance.

enfant-img1Entre 0 et 3 ans, l’enfant va apprendre plus qu’au cours du restant de sa vie. On trouve aujourd’hui du matériel Montessori grand public, adapté aux apprentissages de l’enfant, dans le respect de ses périodes sensibles1. Loin d’être indispensable, ce matériel vise à répondre à quelques grands principes, qui relèvent du bon sens et de l’éducation positive.

Motricité libre

De la naissance jusqu’à l’acquisition de la marche, il convient de laisser bébé se mouvoir selon ses envies et ses capacités. Ainsi, il ne devrait pas être mis dans une position qu’il ne peut pas adopter seul. La meilleure position reste donc sur le dos, afin de lui laisser la possibilité d’observer son univers et d’expérimenter petit à petit le retournement sur le ventre et les déplacements.

Autonomie

Un environnement adapté à l’enfant est indispensable pour favoriser son autonomie2. Le matériel dont il pourrait avoir besoin doit être accessible et les objets dangereux ou que l’on souhaite protéger seront mis hors de portée. Vous le laisserez ainsi jouer en étant plus détendu-e et lui-même sera plus confiant quant à l’exploration de son environnement.

Afin que l’enfant puisse facilement s’y retrouver, il est important de privilégier l’ordre et le rangement : chaque objet a une place définie. En matière de jouets, optez pour le minimalisme, d’autant plus que l’enfant porte bien souvent son attention sur les objets du quotidien. Par exemple, une balade en nature sera une formidable occasion de remplir son sac de trésors.

Un autre moyen d’inciter à l’autonomie, même pendant la nuit, est l’installation d’un lit au sol, duquel l’enfant pourra entrer et sortir seul.

Participation aux activités de la maison

Faire la cuisine, le ménage, les lessives, bricoler : autant d’activités de vie pratique qui passionnent les enfants, pour peu qu’on les implique. Au fur et à mesure qu’ils grandissent, ils développent de nouvelles facultés, gagnent en attention et augmentent leur champ de compétences, comme la manipulation de vaisselle fragile, par exemple. Ce sont de formidables occasions de mettre en place des activités pédagogiques concrètes, tout en augmentant sa confiance en lui.

Bienveillance

Une des pierres angulaires de la pédagogie Montessori tient dans l’attitude bienveillante de l’adulte vis-à-vis de l’enfant. On cherchera ainsi à l’encourager, en favorisant la découverte plus que la recherche de performance. Lors de la présentation d’une nouvelle activité, prenez le temps nécessaire pour la détailler avec votre enfant afin qu’il puisse la reproduire seul par la suite.

1- Maria Montessori a défini 6 périodes sensibles (mouvement, ordre, langage, raffinement sensoriel, petits objets et vie sociale), pendant lesquelles l’enfant met toute sa concentration sur un apprentissage, en laissant les autres de côté. L’acquisition par l’enfant d’une aptitude est optimisée pendant la période sensible lui correspondant.

2- Vivre la pensée Montessori à la maison, Emmanuelle Opezzo, éditions Marabout.

 


 

Le maracapsule

le rendez-vous de Touchons du Bois
par Thierry de l’Épine

www.touchonsdubois.fr

Matériel

  • Touchons-du-bois-img12 clous (minimum 5 cm de long)
  • 1 bouchon de liège
  • 4 capsules métalliques

Outils

  • Un marteau

C’est parti !

Touchons-du-bois-img2Préparation des capsules

  1. À l’aide du clou et du marteau, fais un trou au milieu de chaque capsule.
  2. Agrandis le trou jusqu’à ce que le clou glisse parfaitement dans le trou.

Assemblage du maracapsule

  1. Enfile 2 capsules par clou.
  2. Fixe chaque clou au centre de chaque extrémité du bouchon.

Touchons-du-bois-img4Fonctionnement

Tiens le bouchon dans une main et fais sonner les capsules par un mouvement de va-et-vient.

Bons sons !

 

 


 

La diversification alimentaire

proposé par

HIPP-logo-2 Depuis plus de 60 ans, HiPP s’est fixé comme objectifs le respect de l'environnement et la préservation de la nature. Pionnier dans l’agriculture biologique, HiPP est spécialisé dans les laits infantiles et les aliments pour bébé. En tant qu’expert, HiPP vous aide ici à comprendre comment diversifier au mieux l’alimentation de votre bébé.

 

En fonction du développement de votre bébé, entre 4 et 6 mois, le lait n’est plus suffisant pour couvrir ses besoins croissants. À cet âge, votre enfant se développe très vite. Les experts en nutrition infantile recommandent d’introduire progressivement des menus complets à base de viande/poisson et de légumes à l’alimentation de votre enfant. À partir de ce moment, il est nécessaire qu’un bébé boive suffisamment en dehors du lait maternel ou du lait infantile.

Les bébés ont-ils vraiment besoin de viande ?

La viande est un élément amenant des nutriments essentiels à la bonne croissance de bébé. Les experts en nutrition sont d'accord : à partir de 6 mois environ, bébé a besoin de viande. À ce moment, il a épuisé les stocks de fer qu'il avait accumulés dans le ventre de sa mère et il a donc besoin d'un apport extérieur en fer.

HIPP-img1

La viande apporte du fer

 

Pourquoi la viande comme source de fer ?

La viande fournit du fer facile à traiter par l'organisme du petit enfant.

Pourquoi le fer est-il si indispensable pour bien grandir ? Ne peut-on pas s'en passer ? Priver un bébé de fer reviendrait à provoquer chez lui un déficit qui aurait des répercussions sur sa santé. Le fer est un oligoélément constitutif des globules rouges, qui assurent le transport de l'oxygène dans notre organisme. Les cellules en ont besoin pour créer de l’énergie dans le corps. C’est le cerveau qui a le plus besoin d’oxygène. C’est pour cela que le fer est si important pour le développement cérébral de bébé.

La sécurité est notre principal souci. C'est pourquoi, la viande HiPP de qualité bio fait l'objet de toute notre attention et est contrôlée de façon très stricte. Les animaux proviennent exclusivement de fermes biologiques de nos campagnes. Leur origine présente une parfaite traçabilité.

Le poisson est-il aussi recommandé pour mon bébé ?

Les menus HiPP à base de poisson introduisent des protéines précieuses à une croissance saine de votre bébé. En raison de leur faible teneur en graisses, les poissons de mer que nous préparons sont particulièrement faciles à digérer et assurent un apport en iode naturel. Ces menus procurent aussi des acides gras essentiels, des protéines, des vitamines et des minéraux. À partir de 8 mois, les délicieux repas poisson contribuent donc de manière conséquente à enrichir et diversifier l'alimentation de votre enfant.

HIPP-img2

De précieuses protéines

Les bonnes habitudes alimentaires s’apprennent dès le début, il est donc préférable que bébé s’habitue à manger du poisson dès le départ.

HiPP propose au minimum un menu au poisson par tranche d’âge. Il favorise ainsi une bonne diversité alimentaire pour votre enfant et répond à la recommandation : mangez du poisson au moins une fois par semaine.

Même les bébés à risque d’allergies peuvent consommer du poisson lors de la diversification alimentaire car ils ne présentent pas plus de risques que ceux qui ne sont pas sujets aux allergies. Il existe même des indications qui stipulent que la consommation de poisson lors de la première année de vie de bébé tendrait à réduire le risque d’allergies.

Le poisson de mer provient de la pêche en haute mer. Les territoires de pêche choisis se situent dans des zones de haute mer équilibrées et intactes. Le poisson est pêché en respectant les réglementations de la Marine Stewardship Council (MSC). Chez HiPP, nous soutenons une pêche effectuée dans le respect et la durabilité du poisson, de sa conservation, et luttons contre la surpêche dans les mers et océans.

HiPP n’utilise des poissons de culture bio que lorsque la quantité ou la qualité de poissons nécessaires à la production ne peuvent pas être réunis. Ces poissons sont élevés selon des réglementations bio très strictes.

Le poisson est traité et congelé dès sa prise. Avant d'arriver dans les petits pots pour vos bébés, il est soumis à des tests approfondis dans nos laboratoires.

HIPP-img3

Tagliatelles Légumes Colin d'Alaska

 

Quel dîner donner à bébé avant d'aller dormir ?

HIPP-img4Quels parents n'aiment pas voir leur enfant dormir comme un ange ? Parce qu'ils savent, bien sûr, qu'un sommeil paisible et réparateur est essentiel à la croissance et au développement sain du bébé, mais aussi pour papa et maman.

Parmi les choses importantes dans le cadre d'un bon endormissement et d'un sommeil de qualité, il y a, outre les rituels d'endormissement rassurants et la mise en place d'un environnement propice au sommeil, également un repas du soir rassasiant et facile à digérer. Il est bien sûr évident qu'un tel repas ne doit pas contenir de sucres ajoutés.

Après le 4e-6e mois, l'alimentation purement lactée est progressivement remplacée par une alimentation diversifiée, et on introduit notamment des purées ou des soupes composées de légumes et féculents.

 

Est-ce qu'un repas facile à digérer, rassasiant permet au bébé de bien dormir ?

Le soir, un menu légumes et féculents reste de mise, complété par un apport lacté (lait ou laitage adapté à bébé). Le lait de ce repas fournit au bébé des protéines utiles et faciles à digérer. Les féculents lui apportent de l'énergie. Les céréales complètes permettent de s'assurer que le corps du bébé aura toute l'énergie nécessaire pendant toute la nuit. Cela permet au bébé de dormir sans être dérangé par la faim.

 

C'est ce qui permet au mieux d'assurer une bonne nuit de sommeil et un lever en pleine forme.

Il convient aussi d'être attentif aux signaux émis par le bébé. Pour le repas du soir, veillez à ce qu'il ne soit pas trop fatigué et à ce qu'il ne s'endorme pas pendant le dîner ou presque. Pour bien passer la nuit, il faut que Bébé mange dans un environnement serein et à satiété. La journée, laissez-le se dépenser et prévoyez des pauses câlins pour que votre petit trésor puisse facilement se séparer de vous pour la nuit.

Quand l'alimentation de bébé se diversifie, l'alimentation nocturne devient superflue.

De nombreux avantages
vous
attendent au Baby Club HiPP sur :
https://www.hipp.fr/fr/babyclub/inscription/
Pour en savoir plus : www.hipp.fr

 


 

N° Suivant N° Précédent

 

Agenda
agenda-2019-img160
Salon-destination-nature-141218-img160
SalonBEBT-Mandelieu-2019-img160
Vivre autrement - Paris - 15-18 mars 2019
Salon-Manosque-2019-img160
salon-Respire-la-Vie-La-Rochelle-img160
Salon-La-vie-autrement-2019-img160
Tous-en-foret-Bauge-en-Anjou-190219-img160
Salon-Giez-Mars-2019-img160
salon-zen-et-bio-Tours-img160
Salon-Evian-les-bains-2019-img160
Salon-BE-LYON-img160
RCN2019-img160
Salon-Aix-les-Bains-2019-img160
Salon-Cusset-2019-img160
AFF_JOYEUX_REMIREMONT_img160
Salon-Remiremont-2019-img160
Festival-grains-de-sable-211218-img160
Asphodele-2019-img160
Salon-Montrond-les-bains-2019-img160
Croquons-nature-2019-img160
Salon-Naturally-2019-img160
AFF_JOYEUX_GREOUX-LES-BAINS_img160
Salon-Greoux-les-bains-2019-img160
AFF_JOYEUX_VITTEL_img160
Salon-Vittel-2019-img160
Salon-Sante-Nature-120219-img160
Foire-bio-Meaudre-img160
Salon-Saint-Martin-en-Haut-2019-img160
Salon-Romans-sur-isere-2019-img160
SalonBEBT-Toulouse-2019-img160
AFF_JOYEUX_VICHY_img160
Salon-Vichy-2019-img160
Very-Bio-260219-img160
Salon-Thonon-2019-img160
Salon-Saint-Cyr-2019-img160
Very-Bio-260219-img160
1-AFF_2019_PREVESSIN-img160
Salon-Seyssins-2019-img160
AFF_JOYEUX_MAZAN_img160
Salon-Mazan-2019-img160
SalonBEBT-Bordeaux2019-img160

 

Rechercher
miso_ecolomag_aromandise_2019-img160x780
VA19-ECLMG-160x780
BAN-BE19-PARIS-160X780
peps_paillettes_ecolomag_aromandise-160x780
Ayur-vana-160x780
Aromandise-grillade-left
Aromandise-brumessentielle-left
VS-BANNIERE-MASTIC-2018-ecolomag
Banner-EcoloMag-KeratineComplexForte-FR-160x780-2017-11
clubbio-780-160
Pural-banniere-160x780
noria-160x780
Ballot-flurin-160x780
che-160x780
Ecolo Régions
Bons Plans
RSS

Communiqués

20.03.2019
20.03.2019
20.03.2019
20.03.2019
20.03.2019
20.03.2019
20.03.2019
20.03.2019
20.03.2019
20.03.2019
20.03.2019
20.03.2019
20.03.2019
19.03.2019
19.03.2019
17.03.2019
17.03.2019
17.03.2019
16.03.2019
13.03.2019
13.03.2019
11.03.2019
11.03.2019
11.03.2019
11.03.2019
08.03.2019
08.03.2019
08.03.2019
08.03.2019
07.03.2019
Liste des communiqués