Vous êtes ici : ECONEWS-60

ECONEWS-60

éconewséconews

 

La ChouetteL'écolomag 60


 

Opinions

France Guillain42˚ à l’ombre ! Vous prendrez bien une p’tit bière ?

Une Pisner ? C’est nouveau ! Très tendance ! Une bière développement durable ! Ensuite, vous irez uriner là-bas, au fond à gauche, dans des urinoirs portant le panneau « pour la science ». Et à la sortie, un 2e panneau vous dit « Merci pour votre contribution ». Jusque-là, rien d’extraordinaire.

Sauf que… lorsque vous saurez ce que la science fait des urines des buveurs de bière dans les festivals bien arrosés, précisément, de bière, en Belgique ou Danemark, je ne suis pas certaine que la p’tit bière passera avec autant de jouissance et de légèreté !

Car voici ce qu’en fait « la science » si aimable pour vous remercier : en Belgique, avec 3 000 litres d’urine, elle fabrique 1 000 litres d’eau dite très pure. Mais aussi, toujours « la science » extrait des urines les éléments minéraux qui servent d’engrais aux plantations destinées à la fabrication de la bière. Et aussi les urines participent à la fermentation du malt. Ça c’est en partie en Belgique et tout à fait au Danemark.

dessin-econews60L’idée de l’exploitation des urines a germé dans la tête d’un humain qui était époustouflé devant le travail monstrueux que représentait l’évacuation des stocks d’urines lors de festivals. Tout ça peut paraître encore très clean aux yeux de certains.

Quoi que nous sommes là devant un circuit fermé de l’humain à l’humain via le sol, l’eau et la fermentation. Si l’on se réfère au bien connu cycle du crabe, responsable de dégénérescence aux Philippines, on peut déjà s’interroger.

Mais, il y a pire. Un pire dont on ne parle jamais nulle part et qu’il faut arracher aux responsables des stations d’épuration lorsqu’on leur pose la question. En fait il faut l’énoncer à leur place et là, ils ne peuvent pas dire non : il est impossible de débarrasser ces liquides et même l’eau, des pesticides, des médicaments et des hormones qu’ils contiennent. Alors, développement durable, certes ! Mais avec rediffusion des pesticides, médicaments, fractionnés par la filtration et donc encore plus nocifs.

Car le corps humain essaie de se débarrasser au maximum de ces produits chimiques notamment par les urines. D’ailleurs, n’en déplaise aux adeptes de la dégustation des urines et contrairement à une idée qui était largement partagée, il est absolument démontré depuis 2016 que les urines ne sont pas stériles.

Alors ? Toujours OK pour la p’tit bière Pisner qui porte si bien son nom ?

Pour le moment, cette eau pure d’urines et cette délicieuse bière ne se trouvent qu’en petite quantité en Belgique et au Danemark. Mais mieux vaut être averti !

Et suivre aussi bien que possible les bonnes adresses de l’écolomag en s’approvisionnant en bio, d’autant que les délicieuses p’tites bières bio en tout genre ne manquent pas dans les magasins bio !

France Guillain
www.bainsderivatifs.fr
Facebook : franceguillain
La Méthode France Guillain
Éditions du Rocher

 


 

Olivier Guilbaud

Artificielle ou humaine ?

Connaissez-vous le terme IA ?

Cet acronyme se conjugue aussi bien en français qu’en anglais pour désigner l’intelligence artificielle. Ce terme est né dans les années 50, dans la foulée des stratégies de cryptage de messages apparues lors de la Seconde Guerre mondiale, dans un milieu de mathématiciens et d'informaticiens.

Un concept « fumeux » à l’époque, qui part du principe que la machine aspire à imiter le cerveau dans son fonctionnement, dans sa « logique de calcul ». Un concept qui est devenu très concret…

1997 : Deep Blue, l’ordinateur d’IBM, bat Garry Kasparov, champion du monde d’échecs. 2017 : L’intelligence artificielle de Google – AlphaGo – bat Ke Jie, numéro 1 mondial du jeu de Go. Vous noterez que la quantité des mouvements disponibles pour les échecs est assez limitée comparé aux millions de possibilités du Go.

2062 : Des machines à intelligence artificielle auront capacité à accomplir toutes les tâches, aussi bien ou mieux que les humains. Tel est le retour de 352 experts interrogés récemment par l’université d’Oxford, qui devaient se prononcer sur le temps qu’il faudrait pour franchir quelques grandes étapes dans 26 disciplines différentes afin que l’intelligence artificielle soit plus présente dans notre quotidien.

Est-ce la chute de l’empire humain ? la concrétisation tardive du film prophétique 2001, l’Odyssée de l’espace, dans lequel un super ordinateur pilote et dialogue avec l’équipe ?

Il est frappant de constater que cette intelligence artificielle, sans le savoir, infuse notre quotidien : des achats à haute fréquence en bourse, des « chatbots » (contraction de chat et robot) qui répondent directement à des questions sur internet, des logiciels de reconnaissance vocale, véritables assistants virtuels…

En fait, le 21e siècle sera algorithmique ou ne sera pas. Mais à quoi servira l’Homme dans un univers où son intelligence est mise au placard pour de multiples fonctions ? Aura-t-il une vie oisive et libérée de toute contrainte « casse-tête » ?

La réponse viendra par à-coups, avec des avancées techniques majeures, mais ce futur est à surveiller… Au même titre que la recherche en génétique intègre la notion d’éthique car elle touche au vivant, l’intelligence artificielle, qui a trait également au vivant à notre quotidien, pourrait se voir rapidement opposer des limites éthiques ou morales !

Si nos besoins du quotidien sont remplis par des algorithmes, que nous restera-t-il ? Les sentiments ? Les relations ?

À nous de cultiver notre jardin, au propre comme au figuré, de considérer que ces avancées doivent permettre de libérer l’Homme des contraintes physiques ou de dépasser sa capacité de calcul pour mieux vivre. En aucun cas ces concepts ne doivent dicter des valeurs morales ou s’immiscer dans des notions de jugement, type Minority Report. Les sentiments, la réflexion sont importants pour apprécier des relations qui se retrouveraient bien froides et bien loin de nos racines, notamment latines, faites de chaleur, de proximité et de convivialité. Restons humains !

Il faut résister et ne pas céder à la fascination envahissante de cette IA, il faut l'utiliser comme un outil et non pas comme un maître à penser ou à décider. L'homme doit bien rester au centre du sujet et non l'inverse, à nous d’être vigilants !

Je vous assure, ce billet a été pensé et conçu dans mon cerveau d’humain et n’est pas le fruit d’un robot ; c’est pourtant déjà le cas dans certains médias…

Olivier Guilbaud
Co-dirigeant du Laboratoire
Science & Nature

Body Nature centifolia

 


 

eco-livre

L’humanité en mal de terre
de Pierre Gevaert et David Stevens

livre-l-humanite-en-mal-de-terrePlaidoyer d’un paysan pour le retour à une civilisation agraire

Depuis des milliers d’années, les civilisations qui ont marqué l’histoire avaient une base agraire solide. Les civilisations industrielles urbaines actuelles ne peuvent pas durer longtemps, elles vivront le temps d’épuiser les ressources naturelles : minières, forestières, aquatiques, halieutiques, de dégrader les sols nourriciers, sans parler des pollutions et du changement climatique. Nous en sommes là aujourd’hui. Sur les 197 pays de la planète, tous – sauf peut-être le Bhoutan – ont choisi le modèle sociétal moderne et tous ont les mêmes problèmes environnementaux et sociaux, avec des solutions populistes irréalistes.

Repeupler les campagnes est possible. Les plus de 5 000 villages abandonnés en France peuvent revivre si les pouvoirs publics les classent en zones franches et, par une mini-réforme agraire, assurent leur prospérité tout en protégeant la nature. Les candidats à cette nouvelle forme sociétale basée sur une large autonomie ne manquent pas. Pour preuve, les centaines de milliers de « Colibris » faisant partie du mouvement sociétal initié par Pierre Rabhi, qui se développent de manière exponentielle.

Ce livre apporte des pistes concrètes et expérimentées, capables de soulager un monde moderne malade de sa boulimie expansionniste.

Éditions Guy Trédaniel - 256 pages - 18 €

 


 

chouette-okActions et mobilisations
Quoi de prévu cet été ?

Fermes d’Avenir Tour, le premier tour de France de l’agroécologie

On ne change pas un système agroalimentaire comme le nôtre en restant dans sa ferme. Depuis le 15 juin, Fermes d’Avenir a lancé son 1er Tour de France de l’agroécologie : 155 fermiers d’avenir, 30 étapes de 3 jours, pour 3 mois de festival itinérant. Partage d’expérimentations, d’apprentissages, débats et fêtes citoyennes débarquent dans les villes, les campagnes, les villages et les fermes de France.

fermes-d-avenir-tourLe modèle dominant de l’agriculture chimique est considéré par beaucoup responsable de nombreux impacts négatifs sur notre société. Aujourd’hui, l’agroécologie apparaît comme la solution la plus solide pour assurer une alimentation de qualité, des conditions de travail et de vie acceptables pour les agriculteurs et un avenir respectueux des écosystèmes. Pour protéger le schéma actuel, certains contestent la capacité de cette nouvelle forme d’agriculture à nourrir une population toujours plus nombreuse. Pour maintenir le débat et répondre à ce discours défensif, le FAT (Fermes d’Avenir Tour) propose une occasion unique de découvrir des exploitations innovantes au coeur des territoires, de rencontrer des paysans engagés dans l’agroécologie et de mesurer in situ l’efficacité de ce nouveau projet de société. Dans un cadre joyeux et ludique, les différentes étapes du Fermes d’Avenir Tour offriront au grand public un cycle de formations aux métiers de la terre, des projections de documentaires, des concerts de groupes engagés, des conférences-débats, des visites de fermes, des soirées à thèmes et des happenings créatifs. Des personnalités interviendront au gré des conférences (Pierre Rabhi, Marc Dufumier, Cyril Dion...). Côté concerts, la Chanson du dimanche, PANG et de nombreux groupes et DJ locaux contribueront à faire de ce tour un événement optimiste et conquérant.

De juin à septembre, la caravane Fermes d’Avenir effectuera donc un trajet à travers les campagnes et villes françaises, installant ses infrastructures lors de 30 étapes consécutives. Curieux, férus d’agriculture ou en quête de reconversion professionnelle, familles ou simples vacanciers, vous êtes tous les bienvenus !

Plus d’infos sur www.fermesdavenir.org

 


 

Expédition 7e Continent

Sensibilisation, débats, échanges… Une tournée à la rencontre des citoyens en région occitane, du 8 juillet au 10 août

expedition-7-continent80 % de la pollution plastique des mers et océans proviennent de l'activité humaine à terre. La période estivale est propice pour rencontrer les Français en bord de mer car un grand nombre s'y retrouve pour profiter de tout ce que cet univers a à nous offrir. C'est l'occasion idéale pour les sensibiliser afin qu'ils prennent conscience de l'ampleur de la catastrophe.

Cet été, Expédition 7e Continent (présidée par Francis Vallat, fondée et dirigée par Patrick Deixonne) mobilise ainsi le grand public pour que les déchets plastiques ne soient pas rejetés dans la nature.

Nous le savons, 10 % du plastique que nous produisons finissent dans les océans, avec, à la clé, de graves conséquences. La Méditerranée n'est pas épargnée. Ses 220 kilomètres de côtes sur le littoral occitan offrent des paysages exceptionnels, abritant une richesse écologique unique au sein de la plus grande aire marine protégée de Méditerranée, le Parc naturel marin du Golfe du Lion. C'est un espace densément peuplé et urbanisé, où les pressions sur la biodiversité sont multiples.

La tournée pédagogique sera organisée avec le soutien de la Région Occitanie, l'Union des Villes Portuaires d'Occitanie et le CPIE (Centre permanent d’initiatives pour l’environnement) du Bassin de Thau, qui s'inscrivent pleinement dans la démarche collective.

L'équipe Expédition 7e Continent se rendra donc dans 10 ports de la Région Occitanie.

Patrick Deixonne, épaulé par une équipe de médiateurs scientifiques, accueillera les visiteurs sur le voilier Amadeus, ketch aurique de 33 m.

Tous les Français sont invités à venir rencontrer l'équipe Expédition 7e Continent lors de son passage dans chacune des villes et à se joindre à elle pour un nettoyage des berges, des plages, des routes, des rivières.

Au programme des journées :
- Présentation et analyse d'échantillons des expéditions précédentes
- Espace digital et sensoriel
- Sensibilisation sur le tri
- Parcours pédagogique digital
- Dédicace de la BD Le monstre de plastiques
- Visite du bateau Amadeus, vieux gréement de 1910, inscrit au patrimoine maritime national
- Conférence-débat avec Patrick Deixonne
- Un spectacle à l'humour durable sur la pollution plastique (Charlotte Normand)
- Diffusion du film documentaire de l'Expédition 7e Continent

Dates des escales :
08 et 10 juillet : St-Cyprien
11 et 12 juillet : Port-Vendres
18 et 19 juillet : Port Leucate
21 et 22 juillet : Gruissan
24 et 25 juillet : Port-la-Nouvelle
27 et 28 juillet : Le Cap d'Agde
30 et 31 juillet : Sète
02 et 03 août : Carnon
05 et 06 août : La Grande Motte
07 et 09 août : Port Camargue

Plus d’infos sur : www.septiemecontinent.com

 


 

AlterTour 2017 : sur les chemins de la transition

altertour-2017Pour la 10e année consécutive, l’AlterTour – le Tour de France des alternatives – s’élancera sur les routes à la rencontre des actrices et des acteurs de la transition. Le premier rendez-vous se passe à Toulouse les 8 et 9 juillet 2017 pour 2 jours de festivités avec les alternatives locales. Le départ officiel sera donné lundi 10 juillet de la Maison de l’économie solidaire, à Ramonville Saint-Agne.

Les 320 altercyclistes parcourront 1 200 kilomètres en 6 semaines, à la découverte de 104 alternatives en Occitanie, Catalogne et Rhône-Alpes. Ils termineront leur parcours le 20 août 2017 à Valence.

Chaque jour, ils seront accueillis dans des écolieux, des fermes agroécologiques, des micro-brasseries, des chantiers en écoconstruction, des ateliers vélos participatifs et solidaires, des zones à défendre (ZAD)… c’est-à-dire des lieux, des collectifs où l’on vit la transition écologique.

Sur les étapes, des visites, des chantiers collectifs et des soirées festives seront organisés afin d’apprendre à connaître les accueillants et leurs activités. Ils auront à coeur de partager leurs expériences, leurs chemins de transition, mais aussi le déclic qui leur a permis de changer de vie.

Retrouvez le programme complet sur www.altercampagne.net

 


 

Reconstruction des forêts du Nord-Pas de Calais

L’Office national des forêts (ONF) lance une campagne de mécénat participatif, du 26 juin au 5 septembre

onfLe 15 septembre 2016, l’ONF a interdit l’accès aux 4 forêts domaniales du Pas- de-Calais – Boulogne, Desvres, Hardelot, Vimy – et 1 forêt domaniale du Nord, Nieppe. Ces forêts, majoritairement peuplées de frênes, sont atteintes par une maladie, la chalarose, qui entraîne un dépérissement des arbres et, donc, leur chute.

Après 10 mois de travaux de sécurisation, samedi 1er juillet 2017, l’Office national des forêts a de nouveau ouvert au public 4 forêts sur les 5 concernées : Boulogne, Vimy, Hardelot, Nieppe. La forêt de Desvres sera accessible dès la fin du mois d’août. Pour marquer le début de cette longue reconstruction, qui se déroulera sur 20 ans, l’ONF effectuera la veille de la Sainte-Catherine, en novembre 2017, une plantation symbolique en forêt d’Hardelot avec les enfants des environs. Cette plantation nécessite 5 000 plants et coûte 50 000 €. L’ONF finance 30 000 € et fait appel aux mécènes à hauteur de 20 000 €, dont 5 000 sur Ulule, plateforme en ligne de mécénat participatif.

« Reconstruire les forêts du Nord-Pas de Calais » est un appel à la mobilisation des mécènes (particuliers, entreprises publiques et privées), pour donner un second souffle à ces forêts touchées par la maladie et ramener un paysage forestier à ces massifs, marqués par les coupes sanitaires ou de mise en sécurité. Par cette campagne, l’ONF invite les mécènes à protéger ce patrimoine naturel que sont les forêts. Écosystèmes complexes, sources et refuges de biodiversité, elles jouent un rôle majeur dans le fonctionnement écologique terrestre, en raison de leur capacité à stocker le carbone et à prendre une part active dans le cycle de l’eau.

Cette campagne est un projet écoresponsable dans lequel chacun peut jouer un rôle en faisant un don financier ou en plantant un arbre. Elle prend un sens particulier dans ce territoire, le moins boisé de France.

Les particuliers et les entreprises désireuses de contribuer au projet peuvent soutenir la campagne :

- En effectuant un don sur la plateforme Ulule : https://fr.ulule.com/reconstruirelesforets/ Les 5 000 € financeront 25 % de la plantation symbolique.

- En plantant directement des arbres en ligne sur la plateforme de leur partenaire Reforest’Action : www.reforestaction.com/hardelot- 62

Besoin de plus d’infos ? Contactez l’ONF
par mail : reconstruire.lesforets@onf.fr
www.onf.fr

 


 

chouette-okLa « Maison du zéro déchet »
vient d’ouvrir à Paris

Fabrication de produits d’entretien, couture, réparation de petit électroménager, conception d’un lombricomposteur…

la-maison-zero-dechetDepuis le 1er juillet, la toute nouvelle « Maison du zéro déchet » a ouvert ses portes pour aider chacun à limiter le gaspillage.

Outre des ateliers pratiques, cet espace, installé au pied de la butte Montmartre, organisera des conférences, des projections-débats, des formations, des expositions, ainsi que des rencontres avec des auteurs.

Une cinquantaine d’événements sont programmés pour les 3 premiers mois, dont des ateliers de fabrication de shampoings ou de sacs et des ateliers de cuisine « zéro déchet » pour parents et enfants. Selon les cas, les activités sont gratuites ou coûtent 10 €.

Une boutique fournit tout ce qu’il faut pour vivre en produisant moins de déchets et protéger l’environnement : sacs réutilisables pour les achats en vrac, cotons démaquillants lavables, contenants réutilisables… Une « épicerie-consigne » propose également des conserves, plats cuisinés et boissons en emballages consignés. Enfin, une librairie spécialisée, des points de collecte de petits déchets (piles, ampoules) et des espaces disponibles à la location complètent le concept.

Le projet a fait l’objet d’un financement participatif et une nouvelle association a été spécialement créée pour porter cette Maison du zéro déchet. Elle est portée par des membres de Zero Waste France – une association militant depuis 20 ans pour le réduction des déchets –, de Zero Waste Paris, ainsi que d’autres associations et collectifs parisiens investis dans la réduction des déchets.

La Maison du zéro déchet sera ouverte du lundi au vendredi de 12 h 00 à 20 h 00, et le samedi de 10 h 00 à 19 h 00. Elle se situe dans le 18e arrondissement de Paris, au pied du Sacré-Coeur, à Montmartre. Plus d’infos sur : www.zerowastefrance.org

Source : www.goodplanet.info

 


 

eco-livres

Robinson des glaces
d’Emmanuel Hussenet

Une aventure au bout du monde pour sauver la planète

livre-robinson-des-glaces« Dans les années 2000, alors que les questions liées au climat et à l'avenir de l'humanité faisaient la une des journaux, j'ai cru à un véritable réveil de la société. Mais j'ai constaté que cette prise de conscience n'a pas été suivie des changements nécessaires. En tant que guide polaire, j'ai décidé de me lancer un défi : rejoindre l'île Hans en kayak et vivre comme un Robinson des glaces afin de raconter la disparition prochaine de la banquise.

Ce livre est l'histoire de ma quête de l'île Hans. Cette île est un caillou d'à peine 130 hectares qui n'appartient à personne. Il est revendiqué par le Canada et le Danemark, qui rêvent de mettre la main dessus pour son intérêt stratégique et économique. Or ce rocher peut devenir ‘l'île qui sauvera le monde’ grâce à une méthode de géo-ingénierie qui permettrait de retenir les glaces de mer et de reconstituer la calotte glaciaire du Groenland. » Emmanuel Hussenet

Ici, Emmanuel Hussenet nous plonge dans l'univers des glaces et de l'aventure. Il nous emporte dans le quotidien d'une expédition en kayak de mer et nous fait partager ses émotions et ses expériences : rencontre avec l'ours blanc, navigation au milieu des champs de banquise, bivouac sur des plaques de glace, combat contre l'épuisement et la solitude.

Une navigation solitaire parmi les dernières banquises pluriannuelles de l'Arctique, en quête d'une île mythique dont pourrait dépendre le destin de l'humanité. Un livre spectaculaire et bouleversant.

Éditions des arènes - 272 pages - 18 €

 

Quand la forêt s'en va…
de Jacques Rousseau-Dufour

livre-quand-la-foret-s-en-vaUn roman qui nous interpelle sur les notions de bien commun, sur le lien entre les hommes et leur terroir et sur le sens de l’engagement citoyen

Cilia vit en bordure d’un bois menacé de disparition. La coupe rase de cette parcelle forestière réveille en elle une force de résistance qui l’amènera, avec d’autres protagonistes, à s’engager pour défendre ce bien commun, si malmené aujourd’hui.

Histoire de nature, de forêts, d’arbres, de terre et d’agriculture, ce roman nous interpelle sur le lien entre les hommes et leur terroir, sur le déséquilibre du rapport de force entre les protecteurs de la nature et ses destructeurs, sur les notions de propriété et de bien commun, sur le sens de l’engagement citoyen.

Une belle leçon de courage et de militantisme.

Éditions Yves Michel - 248 pages - 14 €

 

Décarbonons !
de The Shift Project

9 propositions pour que l'Europe change d'ère

livre-decarbononsPour lutter contre le réchauffement climatique, tous les pays du monde se sont mis d’accord lors de la COP21 afin de ramener à zéro, avant la fin du siècle, leurs émissions de gaz à effet de serre, néfastes sous-produits de l’activité humaine. Reste à passer de l’accord à l’action : que faire exactement ? Et dans quel domaine ?

Les ingénieurs et économistes du Shift Project, groupe de réflexion sur la transition énergétique, sont persuadés que l’Europe pourrait jouer un rôle de pionnier dans cette indispensable décarbonation. Ils ont identifié 9 domaines d’action prioritaires, des transports à l’industrie en passant par l’isolation des logements et l’agriculture, et ils donnent ici les chiffres précis et les clés de compréhension nécessaires pour que chacun devienne un acteur informé de la transition énergétique.

Un petit guide pour que l’Europe change d’air, et d’ère !

The Shift Project est composé de : - Zeynep Kahraman, directrice des projets, économiste - André-Jean Guérin, administrateur, a été directeur de la Fondation Nicolas Hulot et membre du Conseil économique, social et environnemental - Jean-Marc Jancovici, président fondateur

Éditions Odile Jacob - 185 pages - 9,90 €

 


 

N° Suivant N° Précédent

 

Agenda
salon-bien-etre-tous-03-img1-min
Terre-vivante-img1-min
Veggie-World-img1-min
ARTE17-ECOLOMAG-160X230-1
vivez-nature-paris-2017-img1-min
NATEXPO-01
Salon-Castres-img1-min
AFF_JOYEUX_EYBENS_A3_web-img1-min
Marjolaine-160x230
vivez-nature-lyon-2017-img1-min
RLVP17-ECLMG-160x230-img1-min
salon-carmaux-img1-min
Les-rendez-vous-du-bien-etre-img1-min
SalonBEBT-2017-Bordeaux
BAN-VINIBIOGOURMET-17-160X230
noel-en-bio-paris-2017-img1-min
Salon-Villeneuve-img1-min
vivez-nature-paris-2018-img1-min

 

Rechercher
cristaux_ecolomag_banniere_octobre_aromandise
Marjolaine-160x780
silicium-WEB-ECOLOMAG-160X780
Nature & Cie Nouveautés 2017
2017_01_hildegarde_meilleur_produit_bio_2017
CURCUMAXX-160-780
clubbio-780-160
Pural-banniere-160x780
noria-160x780
Ballot-flurin-160x780
che-160x780
Kuvings
Ecolo Régions
Bons Plans
RSS

Communiqués

18.10.2017
18.10.2017
18.10.2017
18.10.2017
18.10.2017
18.10.2017
17.10.2017
11.10.2017
11.10.2017
11.10.2017
11.10.2017
11.10.2017
11.10.2017
11.10.2017
10.10.2017
07.10.2017
07.10.2017
05.10.2017
05.10.2017
05.10.2017
05.10.2017
03.10.2017
03.10.2017
03.10.2017
02.10.2017
02.10.2017
02.10.2017
02.10.2017
02.10.2017
02.10.2017
Liste des communiqués