Vous êtes ici : ECONEWS-57

ECONEWS-57

éconewséconews

 

La ChouetteL'écolomag 57


 

Opinions

France GuillainRéinventer le monde ? Oui ! En prenant le temps de rêver !

2017 Excellente année pour tous les changements ! Exactement comme celles quI précèdent et celles qui suivront puisque chaque début d’année est le temps des voeux les plus chers et, si possible, les moins onéreux.

Mais 2017 est une année spéciale, puisque les neurosciences* nous démontrent enfin l’importance créatrice, la capacité phénoménale de notre cerveau à résoudre nos problèmes lorsque nous nous ennuyons, lorsque nous ne faisons vraiment rien avec notre tête ou lorsque notre corps est occupé à des tâches de routine.

Je comprends enfin pourquoi je dis souvent que je ne veux pas de lave-vaisselle, car c’est en lavant la vaisselle que j’écris le plus ! Ne riez pas et inutile de m’apporter vos assiettes. Car, loin d’être une esclave des tâches autrefois dites féminines, ce n’est donc pas d’un psy dont j’ai besoin comme le prétendait une amie féministe à tout crin ; mais de tâches automatiques qui occupent les mains et libèrent le cerveau. Navigatrice autour du monde, je lavais le linge familial à la main. J’ai rapidement compris que le lave-linge de la ville m’a ratiboisé ce précieux temps de création. Pour compenser, je regarde le ciel pendant que le tambour tourne tout seul. Le Dr Françoise Dolto ne disait rien d’autre lorsqu’elle suppliait les enseignants de laisser les jeunes enfants bricoler et même bruiter sans vous regarder quand on leur faisait une leçon. Car c’est précisément leur plus grand moment de concentration, d’analyse et de capacité à retenir l’information.

La maîtresse qui dit « je veux voir tous les yeux » s’assure que les enfants ne retiendront rien, ils ne penseront qu’à regarder la maîtresse !

Nous-mêmes, adultes, lors d’un échange téléphonique qui demande une grande concentration, ne griffonnons-nous pas, ne dessinonsnous pas n’importe quoi avec ce qui nous tombe sous la main ?

Conclusion : cessons de nous sentir coupables de ne rien faire, plusieurs fois chaque jour, entre les diverses tâches obligatoires. Même quelques minutes sont toujours profitables. L’exercice de la méditation peut aider beaucoup d’entre nous. Certains tempéraments n’ont aucune difficulté à le faire spontanément. En particulier ceux qui, comme moi ont grandi dans des lieux ou des pays où l’inaction était normale, où l’oisiveté, loin d’être regardée comme la mère de tous les vices, était au contraire un moment de recentrage et faisait partie de la vie.

Car ce sont ces moments privilégiés qui permettent le mieux à notre cerveau, au même titre que son travail incessant durant le sommeil, de résoudre la plupart de ce que nous nommons nos problèmes. Y compris les problèmes de mathématiques ou de physique ! C’est ce que certains appellent le lâcher-prise. Une bonne manière d’y parvenir est d’occuper son corps de manière routinière. Le sport en fait partie à condition de ne pas chercher la performance ni l’admiration ou l’approbation d’autrui, mais de laisser aller le corps en mouvements rythmés de manière naturelle et, surtout, avec plaisir. Autrement dit, laisser son ego au vestiaire. Les tâches ménagères de routine, la simple contemplation passive du ciel ou de la nature sont aussi de bons moyens de libérer notre cerveau.

Et sur son lieu de travail, il peut suffire de fermer les yeux ou de se faire une fausse pause cigarette sans cigarette, en évitant quand même de se faire enfumer comme un hareng saur !

On peut aussi prendre la porte de l’évasion cérébrale en jetant un rapide coup d’oeil aux dessins humoristiques de l’écolomag. Le rire peut être une excellente source de déconnexion !

Car, nous dit Steve Ayan, « la personne rêveuse produit de nouvelles visions du monde qui sont au moins aussi importantes » que la performance dans certaines tâches pratiques !

Bonne année 2017 à toutes et tous, pleine de rêveries pour changer le monde, qui en a bien besoin !

Pour une fois que l’on nous supplie de ne rien faire, nous n’allons pas manquer ça !

France Guillain
www.bainsderivatifs.fr
Facebook : franceguillain

* Cerveau & Psycho de janvier 2017 : Cerveau, la force du vide par Steve Ayan.

Pour économiser quelques arbres et circuler léger, sont déjà disponibles sur Kindle : La Méthode France Guillain, Le Bain dérivatif ou D-Coolinway, et récemment Bains dérivatifs et poche de gel. Suivront très vite tous les autres titres, y compris une version anglaise.

 


 

Olivier Guilbaud

Un jour…

Un jour, j’irai vivre en théorie car, en théorie, tout se passe bien.

Comme le disait notre cher Albert Einstein, nous sommes confrontés chaque jour à des tracas, à des obstacles à nos prévisions qui font que le passage de la théorie à la pratique ne se déroule pas toujours comme prévu. Et pourtant, en théorie, tout se passait bien ! Oui, mais…

Deux attitudes s’offrent alors à nous à ce moment- là : la persévérance ou la résignation.

Deux états d’esprit s’offrent à nous à ce momentlà : le pessimisme – et son cortège de rien ne va –, ou l’optimisme – qui permet de positiver.

dessin-econews57Le Français est, à cet égard, plutôt résigné et pessimiste. Je me souviens d’une remarque que me faisait un collègue américain à l’occasion d’un groupe de travail : « vous, les Français, expliquez pendant une heure les difficultés pour arriver à la conclusion qu’on ne pourra pas faire ceci ou changer cela. Nous, les Américains, annonçons d’entrée de jeu la cible, puis expliquons pendant une heure comment nous allons y arriver. » Mieux ou pas ? Qui sait ? En tous cas, le volontarisme, fait de persévérance et d’optimisme, est plus fort justement de l’autre côté de l’Atlantique. Mais les temps changent… À notre décharge, nous avons un gros handicap qui peut expliquer cette situation : nous vivons probablement dans le plus beau et le plus confortable pays du monde ; avec son corollaire : nous n’en n’avons que trop peu conscience et pourquoi changer ?

Qui n’a pas voyagé dans des pays parfois démunis en s’étonnant de la bienveillance quotidienne, et qui rentre en France en prenant en pleine face morosité et je-m’en-foutisme ? Il est frappant de constater que chacun est centré sur sa personne sans incarner la fonction pour laquelle il est payé, comme renseigner un touriste. Nous bénéficions des infrastructures, d’un cadre juridique, d‘une culture, de la sécurité alimentaire, d’une couverture santé… Nous avons tout pour être bien.

Je suis actuellement en train de me plaindre, me direz-vous. Eh bien, non, c’est seulement pour souligner qu’il nous faut nous « ouvrir » davantage, entrer en connexion avec ceux qui nous entourent – proches et beaucoup plus éloignés – pour mieux vivre et prendre conscience que, finalement, nous avons de la chance d’être là.

Si les Afghans ou les Nigérians sont plus optimistes que les Français, c’est parce que nous ne chaussons pas les lunettes qui nous permettent de voir combien nos conditions matérielles – globalement bonnes – ne nous font plus rêver et neutralisent toute initiative de changement, toute prise de risque. Ceci dit, si nous regardons dans le rétroviseur, force est de constater combien les progrès ont été importants ces dernières années en matière d’apprentissage de l’échec, qui devient un droit et non plus une punition. La moindre anicroche est moins vécue comme une catastrophe dans un monde où il faut savoir accepter l’échec et rebondir. C’est bien là l’optimisme nécessaire pour vivre, non pas en théorie, mais en vrai !

La percée du bio, au sens large, est un signal fort qui démontre que la vision d’un monde plus harmonieux et la persévérance dans l’action militante et entrepreneuriale finissent par se concrétiser. Des conditions matérielles bonnes, mais l’oubli du respect de la Nature a poussé une poignée de personnes au changement. Le bio, avec tout ce qu’il implique, irrigue toujours plus notre vie quotidienne désormais. En théorie, l’homme qui respecte mieux l’environnement, c’est possible. En pratique, des années sont nécessaires et le parcours est semé d’embûches. Persévérance et optimisme, quand vous nous tenez… Et le champ des changements est encore vaste : remettre de l’humain dans la relation, retrouver la proximité… il y a tant à faire !

Question d’attitude ? Question de culture ? C’est surtout une question de volonté. Quel que soit le lieu où l’on se trouve, certains s’ennuieront toujours, seront résignés et prompts à se plaindre, alors que d’autres seront toujours heureux et bienveillants, acteurs du changement. Alors, posons-nous la question : faut-il plutôt trouver les moyens de réussir ou trouver des excuses pour ne rien changer ?

Et, en théorie, vous avez lu jusqu’ici et je vous en remercie !

Olivier Guilbaud
Co-dirigeant du Laboratoire
Science & Nature

BodyNature-Centifolia

 


 

L’arbre de l’année 2016 est…

Terre-sauvageOrganisé par le magazine Terre Sauvage et l’Office National des Forêts (ONF), le concours L’Arbre de l’année récompense des arbres de France présentés par des groupes et sélectionnés pour leurs caractéristiques naturalistes, esthétiques, historiques, mais aussi pour le lien qui unit le groupe à l’arbre.

Cette année, le public a voté en nombre avec plus de 20 000 participants. Ainsi, suite aux délibérations du jury le 11 octobre dernier, c’est le zamana du parc de l’Habitation Céron (Martinique) avec 10 591 votes qui a remporté le prix du public. Le prix du jury, présidé par Robin Renucci, comédien, et composé de l’ONF, de Terre Sauvage, de la LPO et de l’association A.R.B.R.E.S., a été décerné au platane de L’Aigle (Normandie). Le jury a aussi remis le coup de coeur du jury au hêtre du Contadour (Provence-Alpes-Côte d’Azur), arbre qu’il a choisi de célébrer pour ses qualités et son histoire uniques.

Plus d’infos sur www.arbredelannee.com

 


 

chouette-okLa Chine interdit le commerce de l'ivoire

2017 sera-t-elle un tournant décisif dans la lutte contre le braconnage des éléphants d'Afrique ? Le gouvernement chinois ayant annoncé qu’il souhaitait mettre un terme au commerce et à la transformation de l'ivoire d'ici la fin de l’année, nous avons quelques bonnes raisons de l’espérer…

commerce-ivoireBien que Pékin soit signataire de la Cites*, qui interdit presque toutes les formes de négoce international sur les défenses d'éléphants, la Chine demeure le 1er consommateur mondial d'ivoire de contrebande. Près de 30 000 éléphants d’Afrique sont abattus chaque année pour alimenter un trafic illégal d’ivoire, porté par la demande asiatique. La Tanzanie est l’un des pays les plus touchés : d’après un récent rapport, la population d’éléphants a baissé de 60 % entre 2009 et 2014. Même au sein de la réserve de Sélous, la plus grande du pays, l’espèce n’est plus en sécurité : 6 éléphants y ont été tués chaque jour entre 2010 et 2013.

Pour enrayer le fléau du trafic illégal, le WWF s’efforce notamment de faire baisser la demande en ivoire et travaille avec TRAFFIC** au renforcement des restrictions sur son commerce.

En 2015, le WWF Hong Kong a mené une vaste campagne de mobilisation, publiant un rapport implacable sur les failles du système législatif dans lesquelles les trafiquants ne manquent pas de s’engouffrer. La pétition lancée a récolté plus de 66 000 signatures.

Quant aux actions de lobbies menées dans l’ombre, elles ont sûrement aussi porté leurs fruits puisqu’en décembre 2015, le conseil législatif de la ville, considérée comme l’une des plaques tournantes du trafic d'ivoire, a adopté une motion spéciale appelant le gouvernement à aller plus loin dans la restriction du commerce de l’ivoire, y compris jusqu’à son interdiction.

Enfin, en juillet 2016, le WWF et TRAFFIC ont publié une étude prouvant la faisabilité de l'interdiction du commerce de l'ivoire en Chine.

Ainsi, en 2016, les présidents chinois et américain, Xi Jinping et Barack Obama, avaient promis de « prendre des mesures fortes en temps utiles pour faire cesser le commerce intérieur de l’ivoire ».

Or, le 30 décembre dernier, la Chine a fait savoir qu’elle allait arrêter peu à peu la vente et la transformation de l’ivoire à des fins commerciales d'ici fin 2017, espérant ainsi contribuer à lutter contre le braconnage des éléphants d’Afrique. Dès la fin du mois de mars, une première vague d'ateliers et de vendeurs devront cesser leurs activités. La fermeture des autres commerces devrait suivre.

Cette annonce de Pékin s'inscrit dans le prolongement de la décision chinoise annoncée en mars dernier d'étendre l'interdiction d'importation de l'ivoire et de ses produits dérivés acquis avant 1975.

Un signal fort, susceptible de porter un coup au trafic illégal à l’origine du massacre de tant de pachydermes en Afrique.

* Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction.
** Réseau de surveillance du commerce d’animaux sauvages.

Source : www.wwf.fr

 


 

Marianne d’Or : Mandelieu-La Napoule distinguée pour son engagement en faveur du développement durable

Appelées Concours de culture civique, les Marianne du Développement Durable ont été créées en 1984 par Alain Trampoglieri, Secrétaire général avec le soutien de son Président, Monsieur Edgar Faure. L’objectif de cette distinction est d’encourager, de promouvoir et de distinguer la bonne gestion des collectivités territoriales en matière de développement durable, notamment sur les plans économique et social. Ainsi, la Marianne d'Or, remise à Paris le 1er décembre 2016 par Alain Trampoglieri et Éco-Emballages, fut décernée à la ville de Mandelieu-La Napoule, plus précisément au titre de la transition énergétique et de la participation citoyenne.

Quelques exemples de réalisations :

• 2009-2010 : construction du Centre Expo Congrès avec installation de 550 m2 de panneaux photovoltaïques sur la toiture, ce qui représente une production annuelle de 33 000 kWh (équivalant à la consommation annuelle d’électricité de 13 foyers), obtention de la norme ISO 14001 ;

• Remplacement de chaudières anciennes par des nouvelles, dotées de régulation optimale ;

• Éclairages publics par LED : durée de vie rallongée et économie d’énergie d’environ 30 % ;

• 2014-2015 : acquisition de véhicules électriques et mise en place d’une borne de recharge solaire sur le site de l’usine de traitement des eaux ;

• 2015 : mise en place d’une climatisation solaire à l’école Frédéric Mistral.

Plus d’infos sur www.mandelieu.fr

 


 

transport-scolaireUne ville de l'Eure adopte
un transport scolaire 100 % écolo

Une collectivité normande, située au sud de Rouen, est la première en France à financer des cyclo-bus scolaires permettant à une trentaine d’enfants du primaire d’aller à l’école et d’en revenir en pédalant, sans polluer.

Les trajets, d’un peu moins de 4 kilomètres, sur ces quadricycles à assistance électrique, ont débuté depuis la rentrée, à l’issue des fêtes de fin d’année, dans la ville de Louviers (Eure). Répartis dans 3 cyclo-bus d’une dizaine de places, circulant sur 3 parcours différents, des élèves de l’école Anatole France, issus de classes allant du CP au CM2, pédalent avec entrain depuis lors. Équipés d’un casque de cycliste bleu et d’un gilet jaune fluo, ils roulent à une vitesse très raisonnable de 15 km/h. Cette expérience avait été rodée depuis plus de 2 ans pour 2 écoles de Rouen. Elle a été très médiatisée – jusqu’en Corée du Sud –, mais la ville de Rouen et la métropole n’ont pas adhéré au projet.

Les 3 jeunes promoteurs de ce nouveau moyen de transport, qui conduisent chacun un véhicule, ne se sont pas découragés et sont allés le proposer ailleurs.

Au sud de la métropole normande, la Communauté d’agglomération Seine-Eure (CASE, 37 communes dont Louviers) a alors saisi la balle au bond.

Labellisée Territoire à énergie positive pour la croissance verte par le ministère de l’Environnement,
la CASE a utilisé une partie de sa subvention d’État pour financer l’expérience.

Une première en France.

Source : www.goodplanet.info

 


 

2017 : 6 bonnes résolutions à prendre pour la planète et ses habitants

Pour les défenseurs de l’environnement, l’année 2016 a été difficile à bien des égards. Arrivée au pouvoir d’un climatosceptique aux États-Unis, recrudescence de la déforestation en Amazonie, démission du gouvernement sur la transition énergétique en France… Mais de belles victoires ont également été obtenues, preuve que l’engagement citoyen porte ses fruits, et qu’ensemble nous sommes plus forts que les gouvernements ou les entreprises. Pour relever les défis qui nous attendent en 2017, voici quelques bonnes résolutions à mettre en pratique, pour la planète et ses habitants.

1. Arrêter de surconsommer

Le 8 août 2016, nous avions déjà épuisé l’ensemble des ressources que peut nous fournir la planète en 1 année. En 2017, nous devons faire des efforts pour réduire notre empreinte : manger moins de viande, voire pas du tout, réduire notre consommation de plastique, préférer la marche ou le vélo à la voiture, réparer nos téléphones ou nos vêtements plutôt que les jeter….

2. Se battre pour la justice

Si nous voulons construire un monde plus juste et pacifié, nous devons unir nos forces contre ceux qui cherchent à nous diviser : soutenir les peuples autochtones qui luttent pour la préservation de leur territoire, défendre les droits des travailleurs exploités, refuser la haine et la xénophobie. Bref, agir ! Toutes nos luttes sont interconnectées et doivent être solidaires !

3. Amener les responsables à rendre des comptes

Votre voix compte. Cette année, faites-la entendre encore davantage ! Cette décision prise par le gouvernement ne vous plaît pas ? Faites-lui savoir. Contactez les entreprises qui mettent en danger notre planète, dites aux marques que vous vous souciez de la provenance de leurs produits. Vous pouvez commencer à oeuvrer dès maintenant.

4. Faites passer le message autour de vous

Plus nous serons nombreux, plus nous serons efficaces ! Invitez vos proches à agir à vos côtés : proposez-leur de participer à un rassemblement ou à une réunion, partagez les pétitions, les rapports ou les initiatives qui vous semblent belles, encouragez-les à s’impliquer eux aussi !

5. Impliquez-vous dans votre communauté

Vous pouvez partager les contenus qui vous tiennent à coeur sur les réseaux sociaux, mais aussi passer à l’action loin de votre ordinateur et de votre téléphone en rejoignant l’un de des 26 groupes locaux de Greenpeace, par exemple… À retrouver ici : www.greenpeace.org/france/fr/groupes-locaux

6. Accordez plus de temps à ceux que vous aimez

Construire un monde plus juste et durable prend beaucoup de temps et d’énergie. Pour recharger vos batteries, prenez du temps pour vous et pour celles et ceux qui vous sont chers, baladez-vous en forêt, respirez, cultivez votre jardin… Des sociétés plus justes et pacifiées sont possibles. Mais le monde ne changera pas tout seul. Il changera parce que, tous ensemble, nous travaillerons à le rendre meilleur. Pour débuter l’année dans le concret, vous pouvez commencer par vous rendre sur www.greenpeace.org et choisir de participer réellement à la protection de l’environnement !

 


 

eco-livres

 

La révolution de l’agriculture urbaine
livre-revolution-agriculture-urbainede Jennifer Cockrall-King

Jennifer Cockrall-King s’est rendue à Paris, Londres, Chicago, Vancouver, Cuba, etc. pour témoigner de toutes les initiatives qui façonnent la révolution en marche !

En quête de solutions de rechange au système agro-industriel, si néfaste pour la santé et pour l'environnement, des hommes et des femmes du monde entier se mobilisent depuis une quinzaine d'années pour ramener la production et la distribution des aliments au coeur de nos villes. Alliant savoir-faire agricoles ancestraux et innovations écologiques, ils sont de plus en plus nombreux à se lancer dans la production biologique de proximité.

Dans ce récit captivant, qui se lit comme un carnet de voyage, Jennifer Cockrall-King part à la rencontre des protagonistes du mouvement et témoigne du foisonnement des initiatives en cours dans une dizaine de villes d'Europe et d'Amérique du Nord. Plants de tomates et fines herbes sur les balcons, poulaillers dans les cours arrière, ruches sur les toits, vignobles urbains, jardins communautaires, maraîchage intensif dans des serres commerciales, forêts nourricières, aquaponie, fermes verticales : ces pratiques, respectueuses de la Terre, laissent entrevoir un tournant majeur, non seulement dans notre façon de nous alimenter, mais aussi dans notre conception même de l'espace urbain.

Ce livre saura procurer des sources d'inspiration et de motivation à tous celles et ceux qui se préoccupent de leur alimentation et qui souhaitent se reconnecter avec leur environnement.

Éditions Écosociété - 328 pages - 25 €

 

Transformation digitale : l'avènement des plateformes
livre-transformation-digitalede Gilles Babinet

Histoire de licornes, de data et de nouveaux barbares

Alors que la révolution digitale ne fait que commencer, les entreprises traditionnelles et les institutions publiques paraissent n’avoir qu’une vague compréhension des bouleversements qu’elles vont devoir amorcer pour rester compétitives. Beaucoup envisagent, à tort, cette métamorphose comme une adaptation progressive et douce. Or, les règles ont radicalement changé. En réalité, l’essence même des structures est touchée : l’« horizontalisation » du monde, l’accélération des rythmes d’innovation, conséquence d’un monde globalisé et connecté, l’impact des learning machines sont quelques-uns des facteurs qui pourraient induire ce bouleversement. Ce livre, issu d’entretiens avec des personnalités du management de startup internationales, décrit ce que pourrait être l’organisation des entreprises de demain. Une synthèse claire et accessible pour comprendre les enjeux de cette transformation digitale dans tous les secteurs de nos sociétés – et donc de nos existences.

Le passeur Éditeur - 224 pages - 18,50 €

 

La révolution des grenouilles
livre-la-revolution-des-grenouillesde Victorien Malmont

Si notre façon de vivre depuis plus de 5 000 ans n’était dans la réalité qu’une fuite en avant et que nous nous refusions d’en concevoir le changement ou simplement d’apprendre de nos erreurs passées ? Si des dogmes religieux, sociaux et moraux bloquaient toutes les décisions nécessaires à notre survie ?

Nous avons la technologie et les moyens pour sauver notre planète et de nous sauver par la même occasion ; alors, pourquoi rien n’a-t-il encore été fait ? Quelles mesures faut-il prendre réellement pour tous nous sauver et quels sacrifices devrons-nous accepter ? De qui est-ce réellement la faute et pourquoi a-t-on attendu si longtemps pour agir ou réagir ? Trouverons-nous cette volonté et cette sagesse qui nous font tant défaut afin d’influer sur le cours de nos vies ? Car nous sommes telles des grenouilles, en surnombre dans une mare polluée devenue trop étroite pour que nous puissions continuer comme avant ; victimes de cette façon de vivre et de tant de mensonges…

Mettant l’accent sur les abus et l’immobilisme des dirigeants, Victorien Malmont veut démontrer que notre façon de vivre et de consommer ne permet pas de se développer en tenant compte de notre environnement. Sans prétention, l’auteur cherche simplement à aborder des sujets sensibles sans tenir compte ni des pressions, ni du politiquement correct. Avec un humour assez caustique, il dénonce notre incapacité à nous remettre en question et incite le lecteur à réagir. Pour lui, il est temps de prendre des décisions et d’agir, sur notre destinée comme sur celle de la terre, en réformant certaines institutions.

Éditions Persée - 144 pages - 13,70 €

 

Paysans mutins, paysans demain
livre-paysans-mutinsde Gérard Choplin

Pour une autre politique agricole et alimentaire

Dans les années 1980, face au productivisme et à la mondialisation néolibérale des marchés agricoles, une voix paysanne se lève en Europe, pour changer la Politique Agricole Commune. Il s’agit de la Coordination Paysanne Européenne, devenue aujourd’hui la Coordination Européenne Via Campesina.

Gérard Choplin, qui en a été l’un des artisans, témoigne de sa naissance, de son développement et de ses transformations. Il nous raconte 30 ans de débats, de proposions, d’actions et nous livre sa vision de l’évolution de la politique agricole européenne des 50 dernières années, en passant par les OGM, la vache folle, la crise laitière, etc.

Il nous fait partager la façon dont ces paysans ont su mettre en place le mouvement mondial Via Campesina, faisant face à l’Organisation mondiale du commerce et à la mondialisation néolibérale et nous montre comment ils sèment aujourd’hui, devant les effondrements possibles à venir, les solutions pour notre alimentation, nos territoires et la planète.

L’Europe sera-t-elle à la hauteur des enjeux en changeant profondément de politique agricole et de fonctionnement ? Devant les impasses sociales et environnementales actuelles et les interrogations existentielles de l’Union européenne, les paysans mutins d’aujourd’hui sont d’utilité publique.

Éditions Yves Michel - 248 pages - 15 €

 


 

bouger-en-DromeBouger en Drôme Provençale

Le Mas aux Trois Fontaines nous ouvre ses portes pour une année 2017 créative et riche d'expressions multiples. Au programme, des séjours associant, dans une même approche vivante et ludique, jardin et dessin/aquarelle (du 24 au 28 mars et du 21 au 25 septembre) jardin et cuisine (du 25 au 29 mai), chant et dessin/aquarelle (du 20 au 27 mai et du 9 au 16 septembre).

Le Mas aux Trois Fontaines est un mas de charme sur les hauteurs de Nyons, entre vignes et oliviers. Il prête son cadre arboré et le calme de ses jardins pour une pratique apaisante et sereine. Un rappel sera fait dans les prochains numéros de l'écolomag.

Renseignements - Jardinage : Isabelle 06 18 71 57 38
Chant et dessin/aquarelle : Lise-Éléonore 06 83 13 83 27 et Jean-Claude 06 35 94 99 64
Le Mas aux Trois Fontaines : http://lemasauxtroisfontaines.com/
Vocalises Buissonnières : https://www.vocalisesbuissonnieres.com/
Dessin aquarelle : www.jice.fr

 


 

N° Suivant N° Précédent

 

Agenda
salon-bien-etre-tous-03-img1-min
Terre-vivante-img1-min
Veggie-World-img1-min
fete-de-l-abeille-et-du-miel-img1-min
festival-Mazonric-img3-min
tapovan-img1-min
SalonBEBT-2017-Toulouse
Salon-Bien-Etre-Ploermel-2017-2-img1-min
salon-mieux-etre-img1-min
BAN-ZEN17-160X230-ECOLOMAG
marche-bio-Aster-img1-min
horizon-vert-img3-min
A-vos-jardins-img1-min
Marjolaine-160x230
Les-rendez-vous-du-bien-etre-img1-min
SalonBEBT-2017-Bordeaux

 

Rechercher
Marjolaine-160x780
silicium-WEB-ECOLOMAG-160X780
Nature & Cie Nouveautés 2017
2017_01_hildegarde_meilleur_produit_bio_2017
CURCUMAXX-160-780
clubbio-780-160
Pural-banniere-160x780
noria-160x780
Ballot-flurin-160x780
che-160x780
Kuvings
Ecolo Régions
Bons Plans
RSS

Communiqués

26.07.2017
26.07.2017
26.07.2017
26.07.2017
26.07.2017
21.07.2017
21.07.2017
20.07.2017
19.07.2017
19.07.2017
19.07.2017
19.07.2017
19.07.2017
19.07.2017
19.07.2017
18.07.2017
18.07.2017
18.07.2017
18.07.2017
17.07.2017
15.07.2017
15.07.2017
14.07.2017
14.07.2017
14.07.2017
14.07.2017
14.07.2017
14.07.2017
14.07.2017
12.07.2017
Liste des communiqués