Vous êtes ici : Accueil > ECOLO RUBRIK > ECONEWS

ECONEWS

éconewséconews

 

La ChouetteL'écolomag 68


 

France-guillan-66Opinions

Notre plus beau cadeau pour Noël !

France Guillain

À l’heure où l’on s’apprête à explorer la planète Mercure, la grande majorité des humains a très peur du phénomène le plus naturel, le plus traditionnel, le plus inéluctable, le phénomène qui est regardé comme le plus menaçant dès avant même la naissance, je veux parler de la mort.

Mes nombreux voyages autour du monde m’ont appris que cette peur est proportionnelle à tout ce que nous pensons avoir à perdre avec la mort. Que bien souvent, plus l’on possède, plus vivre est aisé et facile matériellement, plus la mort fait peur.

Selon sa cause, la mort est regardée comme une injustice, une horreur, un échec. Dans le cas le plus favorable, un échec médical. Jamais comme un vrai choix.

Charles Aznavour n’est pas mort à 94 ans parce qu’il avait fini son magnifique voyage chantant sur Terre ! Non ! L’autopsie a montré qu’il était mort d’un oedème pulmonaire. Car on meurt toujours de maladie, n’est-ce pas ? Sachez-le, même le coeur qui s’arrête est une maladie ! Si on l’avait soigné à temps, il serait encore vivant. Alors que rien n’est plus naturel qu’un corps qui se déglingue brutalement quand on a décidé de mourir. Même si cette décision, qui, à mon sens, nous appartient, n’affleure pas toujours à notre conscience intellectuelle. Dans La plus belle histoire des animaux, collectif collection Points aux éditions du Seuil, Boris Cyrulnik nous explique que les cochons d’élevage, jeunes et sains, se fabriquent des cancers durant le transport qui les conduit à l’abattoir. Ils se déglinguent avant de mourir.

Pour mesurer ce regard de peur et d’horreur de la mort, il suffit de voir comment le suicide est souvent vécu comme une honte et avec une grande culpabilité par l’entourage. Il suffit aussi de voir les polémiques et discussions sans fin au sujet de l’euthanasie, du choix de mourir à son heure dans la dignité. Comme si nous n’avions pas le droit de nous débarrasser de ce corps, qui n’est qu’un véhicule, lorsque ce véhicule est devenu un lieu infernal de souffrances. De quel droit se permet-on de nous priver de cette liberté ?

Le vrai problème, à la base de toute cette misère autour de la mort, est que, malgré nos fusées, nos prouesses médicales et notre intelligence artificielle, nous ne savons toujours pas, ou nous avons totalement oublié le sens de la vie.

Alors que nous devrions célébrer la mort à l’égale de la naissance, comme la grande fête* du passage d’une vie à une autre vie, brève ou longue mais accomplie, nous en faisons un drame, nous essayons d’épargner aux enfants cette vision, nous les menaçons de la mort afin de les rendre prudents.

Toute peur engendre de la violence, envers soi-même comme envers les autres. Ne serait- il pas grand temps d’y réfléchir avec la même force d’intelligence que nous consacrons à aller explorer Mercure ? Manger bio, faire le Miam-Ô-Fruit, des bains dérivatifs, ne faire que 2 repas par jour, suivre bien des conseils de l’écolomag, tout cela augmente nos fonctions cognitives. Profitons-en pour diminuer la violence de ce monde en réfléchissant au sens de la vie !

Ce serait notre plus beau cadeau pour Noël !

* Il existe encore des lieux sur Terre où la mort est une grande fête où l’on chante et danse joyeusement ! Où, le dimanche, on pique-nique assis sur des tombes en jouant du ukulele !

France Guillain
Ne manquez pas : Le (Nouveau) Bain dérivatif ou D-Coolinway
éditions du Rocher

www.bainsderivatifs.fr
facebook Méthode France Guillain
Tél SMS +33 6 75 93 22 51

 

Le bain dérivatif ou D-Coolinway,
100 ans après Louis Kuhne

de France Guillain

Nouvelle édition revue et augmentée

livre-le-bain-derivatifLa recherche se passionne depuis peu pour le fascia : ces 20 kilos de tissus conjonctifs étaient autrefois regardés avec dédain et destinés à la poubelle des étudiants en anatomie. Le docteur Still, fondateur de l’ostéopathie, disait que pour comprendre la maladie, il fallait d’abord comprendre le rôle du fascia. Aujourd’hui, la recherche internationale reprend cette formule comme s’il s’agissait d’une découverte étonnante. Le bain dérivatif – ou poche froide dans l’entrejambe – a pour objet essentiel de faire fonctionner le fascia. En supprimant l’état inflammatoire, il permet au fascia de vibrer. Ce faisant, il fait circuler les graisses brunes réparatrices et active 18 fonctions fondamentales au bon équilibre du corps. Ces graisses brunes sont visibles au PET Scan sous la forme de taches brunes dans les canaux lymphatiques du fascia. Voici donc une technique de remise en forme à la portée de tous, sans aucun danger, qui se pratique tous les jours, de la naissance jusqu’au bout de la vie, au plus grand bénéfice de tous. Accompagné de l’alimentation universelle et traditionnelle résumée en Miam-ô- Fruit et Miam-ô-5, largement décrits dans la Méthode France Guillain, alimentation définie depuis 2008 par Harvard à la suite de 22 000 études internationales, le bain dérivatif – ou poche froide – nous remet complètement en forme. La musculature se refait bien plus sûrement qu’en allant s’agiter sur un stade avec de mauvaises graisses.

Adieu allergies, douleurs diverses, adieu maigreur ou embonpoint, adieu constipation et boutons au visage, adieu allégement des muscles et des os soi-disant liés à l’âge ! Nous avons tous le moyen et les moyens de retrouver un bon fonctionnement général de notre corps et une silhouette des plus agréable ! Et cela ne coûte pratiquement rien.

Éditions du Rocher - 250 pages - 18 €

 


 

Olivier-Guilbaud-66

Sans blague ?!
Mon produit est incroyable, il est « sans »

Olivier Guilbaud

Sans silicone, sans plomb, sans mercure, sans bisphénol A, sans sucre, sans sel, sans OGM, sans antibiotiques… Il est, sans aucun doute, en phase avec toutes vos craintes. Nous pouvons d’ailleurs en ajouter un soupçon si vous le voulez, car nous sommes aussi sans scrupules.

Et, si vous insistez, nous pouvons multiplier les allégations car nous sommes sans limites.

Ceci est une fiction et toute ressemblance avec des produits existants est volontaire. Cosmétiques, produits d’entretien, alimentation, les produits « sans » se développent encore avec un cynisme incroyable et parfois une vraie utilité, pour le sans gluten par exemple.

sans-blagueLes allégations « sans » sont en effet toujours légion et satisfont un public qui devient néanmoins de plus en plus éclairé sur ces sujets. Le « sans », c’est bien, mais ce n’est pas 100 % clair !

Savez-vous ce qui a remplacé le bisphénol A dans les multiples applications que cette molécule avait, des conserves aux biberons en passant par les tickets de caisse ? Il serait bien préférable d’expliquer ce que contiennent les produits, de clarifier les choix des ingrédients plutôt que de rentrer dans le marketing de la peur. Une consommation responsable passe par une offre responsable, qui ne joue pas avec ces codes de série B, peur, suspens et rebondissements.

Certes, cela peut paraître rassurant au premier abord, mais cela peut aussi provoquer interrogations et remise en cause auprès d’un public averti qui se pose les bonnes questions. Mais, finalement, il y a quoi dedans ?

Il est préférable d’assumer ses propres choix de composition, de les expliquer, sans se satisfaire d’une mode passagère ou d’une polémique inutile qui font office d’écran de fumée dans le seul but d’éviter de rentrer dans les détails de cette composition parfois peu reluisante… La pédagogie « négative » a ses limites, avec ses travers psychologiques. Passons plutôt à du positif, l’éducation restant le meilleur rempart contre ce populisme consumériste.

Passons donc à une logique de clarification, ce sera sans aucun doute plus respectueux du consommateur, sans entourloupe et sans nul doute plus authentique !

Non mais, sans blague !

Olivier Guilbaud Co-dirigeant du Laboratoire Science & Nature

 

Body Nature centifolia

 


 

GoodPlanet

Les émissions liées à l’énergie
devraient encore croître en 2018

chouette-humeurLes émissions de gaz à effet de serre du secteur de l’énergie devraient encore croître en 2018, pour la deuxième année consécutive, une « très mauvaise nouvelle » pour le climat a indiqué mi-octobre le directeur de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), Fatih Birol.

« Je suis désolé, j’ai une très mauvaise nouvelle » a-t-il dit à Paris lors d’un débat sur la lutte contre le réchauffement climatique organisé à l’ambassade de Pologne, pays hôte de la COP24 prévue en décembre à Katowice. Au vu des chiffres des 9 premiers mois, « les émissions cette année vont croître une fois encore, et nous allons avoir une COP au moment où les émissions mondiales atteindront un record », a-t-il ajouté.

co2En 2017, les émissions de CO2 liées à la combustion des énergies fossiles (gaz, charbon, pétrole) – qui représentant plus des 3/4 des émissions globales – étaient reparties à la hausse après 3 années de stagnation. Or, pour rester sous 1,5 °C de réchauffement, déjà source de forts impacts, il faudrait que les émissions de CO2 déclinent bien avant 2030 et fortement (- 45 % d’ici 2030 par rapport à leur niveau de 2010) relevait le rapport des experts climat de l’ONU (GIEC) début octobre.

On le rappelle, lors de la COP21 de Paris en 2015, la communauté internationale s’est engagée à agir pour réduire les émissions afin de limiter le réchauffement à 2 °C, voire 1,5 °C par rapport au niveau de la révolution industrielle. L’accord incite les pays à revoir à la hausse leurs promesses qui, à ce rythme, conduisent la planète bien au-delà de + 3 °C !

 

Un robot intelligent
promet
d’améliorer le tri des déchets

chouette-okIl s’appelle Max AI : ce robot dopé à l’intelligence artificielle permet à Veolia d’automatiser un peu plus le tri des déchets ménagers, nouvelle étape dans la modernisation des centres de tri en France afin d’améliorer le recyclage.

Installé depuis juin sur un site du groupe à Amiens, Max AI – fabriqué par une société américaine – est capable de reconnaître certains types de déchets indésirables sur le tapis roulant d’une chaîne de tri et, avec un bras articulé, de les en écarter. Veolia a notamment mobilisé son service Recherche et Développement, avec une équipe dédiée à l’intelligence artificielle créée il y a 5 ans, et qui sollicite 200 chercheurs en lien avec un réseau de 800 experts. Celle-ci a formé l’algorithme de Max AI à reconnaître les dizaines de milliers de types d’objets qu’il est susceptible de rencontrer sur une chaîne de tri. Le robot peut effectuer 3 600 gestes de tri par heure, contre environ 2 200 pour un opérateur humain. Pour l’instant, il apprend et n'est pas encore parfait. Un opérateur passe donc derrière lui pour une ultime sélection.

Car la France s’est fixé comme objectif de réduire de moitié le volume de déchets mis en décharge d’ici à 2025, ce qui implique de mieux trier pour améliorer le recyclage, et surtout de recycler 100 % des plastiques à cet horizon, contre autour de 26 % aujourd’hui. Dès 2022, tous les Français devront aussi mettre dans leur poubelle dédiée aux déchets à recycler tous les emballages, y compris les pots de yaourt, les barquettes alimentaires, qui vont actuellement dans la poubelle « grise ».

Les collectivités et les professionnels s’attendent donc à une augmentation massive du volume de plastiques à collecter et à trier. D’ici 2020, Veolia déploiera ainsi 2 robots dans un centre de tri en Loire-Atlantique et qui s’attaqueront aux plastiques.

Mais le groupe n’est pas le seul à moderniser ses centres de tri, 15 millions d’euros ont été dépensés par Suez pour son centre situé dans le Val-de-Marne, équipé de 6 machines de tri optique, et Paprec, numéro 3 du secteur, a mis en service l’an dernier un centre important doté de trieurs optiques dans les Alpes-Maritimes. Outre le tri optique, les industriels utilisent les courants électriques, dits de Foucault, pour séparer les petits objets en aluminium des autres matières, ou encore des systèmes de téléopération qui permettent aux opérateurs de ne plus toucher les déchets mais de sélectionner les indésirables sur une tablette tactile représentant la chaîne de tri. Citeo va investir 190 millions d’euros d’ici 2022 pour accompagner les collectivités et les industriels. L’objectif : passer de près de 200 centres aujourd’hui à 130 en 2022, mais de plus grande taille et plus modernes.

 


 

eco-livres-vert

Paysans de nature
de Perrine Dulac et Frédéric Signoret

livre-paysan-de-natureRéconcilier l’agriculture et la vie sauvage

Voici un plaidoyer qui expose les expériences réussies de paysans plaçant la préservation de la nature sauvage parmi leurs priorités.

Le réseau Paysans de nature, né en Pays de la Loire à l’initiative de la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) Vendée, s’étend petit à petit à toute la France. Il regroupe des éleveurs, des paludiers, des arboriculteurs, des vignerons, des paysans boulangers, des paysans brasseurs, des maraîchers… qui ont choisi de préserver et de favoriser la biodiversité sauvage dans leur ferme, même celle qui a la réputation de ne « servir à rien ».

Ce livre, enrichi de plus de 300 photographies, dresse le portrait de 28 fermes, soit une cinquantaine de femmes et d’hommes engagés dans cette démarche. C’est sans aucun doute l’une des agricultures qui permettra aux humains de poursuivre leur route sur la Terre. Ces agriculteurs démontrent que pratiquer une agriculture paysanne économiquement viable et respectueuse de la nature sauvage est réaliste. Ou, en d’autres termes, que la conservation de la nature par l’installation paysanne est possible.

Éditions Delachaux et Niesté - 192 pages - 29,90 €

 

À la rencontre de la France rurale
qui bouge !
de Clément Osé

livre-a-la-rencontre-de-la-franceAgroécologie, terroirs, permaculture, paysans du futur, initiatives locales, transmission, fermes remarquables, avenir…

À l’été 2017, l’association Fermes d’Avenir organisait le 1er Tour de France dédié à l’agroécologie et la permaculture : le Fermes d’Avenir Tour. De juin à septembre 2017, l’auteur et son équipe ont couvert les 25 étapes du Tour et rencontré les paysans de demain. De Metz à Marseille, de Mimizan à Rennes, le livre raconte en images et en témoignages comment agriculteurs, maraîchers, vignerons ou entrepreneurs repensent leurs pratiques. Ils partagent tous cet espoir qu’il est possible de vivre et de produire sur un territoire en respectant l’environnement et les hommes.

Pour chaque étape, retrouvez la présentation du territoire, des interviews de 4 à 5 « acteurs » du changement sur des enjeux précis, des citations et extraits de conférences, mais aussi des recettes, des anecdotes liées au terroir traversé...

Et, pour aller plus loin, au fil de 10 doubles pages thématiques, l’auteur explique simplement les notions d’agroécologie, de circularité, de bio, le métier d’agriculteur, les enjeux de sécurité alimentaire, de vie du sol ou de semences, qui sont au coeur de ces nouvelles pratiques. La France va vous étonner !

Éditions Larousse - 192 pages - 17,95 €

 


 

Un big bang écologique nécessaire pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 ˚C

big-bang2Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié début octobre un rapport scientifique historique, qui révèle la nécessité d’une action urgente pour réussir à limiter le réchauffement planétaire à 1,5 °C.

Approuvé par 195 États, ce document représente l’analyse scientifique la plus aboutie d’un avenir climatique à 1,5 °C et 2 °C d’augmentation de la température moyenne mondiale, destinée à guider les décisions des gouvernements dans la transition écologique à mener dans tous les domaines (énergie, transports, agriculture, etc.) au cours des années à venir. Cette étude révèle qu’il est encore possible de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, et que c'est maintenant que tout se joue. Si nous n’accélérons pas immédiatement l'action, nous atteindrons 1,5 °C de réchauffement climatique de plus par rapport à l’ère préindustriellle (période marquant le début des mesures internationales) – et non par rapport à aujourd'hui –, et même 2 °C en 2075, avec des retombées irréversibles sur les écosystèmes et la vie sur Terre. Les projections indiquent clairement qu’un monde à + 1,5 °C, certes déréglé, est plus vivable et viable pour l'humanité et la nature qu’un monde à + 2 °C. Ce demi-degré de plus aurait des conséquences dévastatrices et définitives : élévation du niveau de la mer, désertification, perte d'habitats naturels et d'espèces, diminution des calottes glaciaires, avec des impacts sur la santé, la sécurité et la croissance économique. Face à cette boussole scientifique, ce rapport est à saisir comme un appel rapide à un big bang écologique pour les décideurs et l'humanité toute entière. L’inaction n’est plus une option possible. Il est indispensable d’entreprendre une transition écologique profonde de nos sociétés dans la prochaine décennie, à travers une décarbonation des secteurs-clés de l’énergie, des transports et de l'agriculture. Alors que les résolutions prises par les États dans le cadre de l’Accord de Paris en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre ne sont pas suffisantes pour limiter le réchauffement climatique à 2 °C, et encore moins à 1,5 °C, le WWF, parmi beaucoup d’autres organisations, appelle les gouvernements à revoir à la hausse leurs ambitions climatiques lors de la COP24 en décembre.

Source : www.wwf.fr

 


 

LT Labo et Antenna France lancent l’opération produit-partage #SPIRULINESOLIDAIRE

spirulineLa spiruline est une microalgue aux qualités nutritionnelles très intéressantes de par sa teneur en protéines (50 à 70 % de son poids sec) et en acides aminés essentiels, en minéraux, tout particulièrement en fer hautement assimilable, calcium et magnésium, et en vitamines (provitamine A, vitamines B…). Elle contient une quinzaine de pigments, dont la chlorophylle et la phycocyanine (anti-inflammatoires et antioxydantes).

Antenna France est une Association de Solidarité Internationale qui agit en faveur des femmes et des enfants souffrant de malnutrition et d’anémie, suivant un modèle innovant et durable d’entrepreneuriat social. Sa mission consiste à mettre en place un modèle économique de fermes de culture de spiruline, dont la production est répartie entre commercialisation et dons aux populations les plus démunies (30 %). Depuis 10 ans, plus de 110 000 enfants ont bénéficié d’une cure de spiruline grâce aux actions d’Antenna France. LT Labo est, quant à lui, le laboratoire français référent en thérapies naturelles et expert en phytothérapie depuis plus de 20 ans. Dès sa création, le laboratoire s’est engagé pour le respect de l’homme et de la planète. Cela se traduit par le recours à l’agriculture biologique, dès que cela est possible, pour le choix de ses ingrédients, le développement d’une filière bio-équitable de culture de moringa en Guinée et le soutien de projets et d’associations humanitaires.

C’est donc du 1er octobre au 30 novembre 2018 que LT Labo reverse à Antenna France 1 € pour chaque pot de « Spiruline Bio Phyco+ » vendu. Le montant reversé équivaut à 3 semaines de cure de spiruline pour un enfant souffrant de malnutrition chronique dans un des pays d’intervention d’Antenna France.

Spiruline Bio Phyco+ est vendue en magasins bio.

Pour en savoir plus : www.ltlabo.fr www.antenna-france.org

 


 

Lancement de la collection Champs d'action chez Terre vivante

Comment répondre à la crise écologique en mode positif ?

livre-carnet-de-wwoofingTerre vivante s’engage résolument à apporter des solutions pratiques face à la crise écologique en publiant la nouvelle collection Champs d’action. Ces livres donnent des outils et des réponses pour bâtir au quotidien le monde de demain dans tous les domaines : jardin, parentalité, santé, transports, cuisine, bien-être, loisirs, habitat, énergies, consommation… Stimuler la réflexion, aider à la prise de décision, piocher dans une boîte à outils inspirante : voilà ce qui pourra aider à imaginer les premiers pas pour changer le monde.

Cette collection s’adresse autant aux lecteurs écolos et/ou militants qu’aux curieux à la recherche d’informations fiables. Des petits livres à petit prix (10 €), à forte identité graphique, simples et très concrets, directement tirés de l’expérience d’un expert et avec des témoignages pour enrichir le propos. Les 3 premiers titres parlent de la permaculture, de fermes bio et de jardins écologiques appelés « punk » (où la main de l’homme intervient très peu).

Bon à savoir : Conférence grand public avec les 3 auteurs de ces premiers ouvrages le 19 décembre 2018 à La Recyclerie (Paris 18e) à 18 h 30.

Plus d’infos sur www.terrevivante.org

 

Régénération : le miracle oublié

Un film documentaire d’Alex Ferrini, en salle le 21 novembre

film-regenerationEn pleine « tendance » de la recherche du bien-être, de l'alimentation-santé, de l'explosion bio, de la préservation de notre environnement et de la déconsommation, le nouveau film d'Alex Ferrini (déjà connu pour Notre révolution intérieure) promet d'être l'un des documentaires les plus libérateurs de l'année. Le film nous offre un voyage en nous-même et en nos possibilités insoupçonnées d'auto-réparation et d'autoguérison à travers des témoignages et des paroles d'experts. Au-delà de nos capacités de régénération, le film interroge notre relation à la nature, à nos pensées, à ce qui nous entoure, à nos intentions, notre bienveillance envers nous-même. Il nous distancie de la peur d'être différent-e. Il nous réconcilie avec nos capacités d'amour et de confiance. Et si nous avions oublié qui nous étions et de quoi nous sommes capables ? Et si nous voyions notre corps comme s'il était parfait, si nous lui refaisions confiance ? Et si, au lieu de remettre en question le vaisseau, nous remettions en question le pilote ? Régénération propose de nouveaux éléments de réponse à travers des personnes partageant à l'écran leur vécu de régénération physique et psychique. Elles témoignent de leur changement de cadre et de philosophie de vie, de leur relation à l'écologie, à la spiritualité, à la nature, à l'alimentation.

Pour Alex Ferrini, l’être humain se doit de changer de regard sur ce qui l’entoure s’il veut continuer à vivre sur cette planète.

 


 

N° Suivant N° Précédent

 

Agenda
Salon-VIVEZ-NATURE-Lyon-img1-min
AFF_2018_DOUSSARD_WEB-img1-min
Respire-la-vie-Poitiers-2018-160x230px
Salon-Naturellia-2018-img160
AFF_2018_PREVESSIN_WEB-img1-min
Tatou-Juste-img160
Naturabio-Lille-2018-160x230
Salon-BEBT-Bordeaux-2018-img1-min
Asphodele-091018-img1-min
Salon-viniBio-img160
Noel-en-bio-2018-img160
Salon-des-vins-naturels-141118-img160
veggie-world-img160
Pourvu-que-l-on-seme-img160
Salon-Millesime-Bio-2019-260918-img1-min
agenda-2019-img160
Salon-Veigy-Foncenex-2019-img160
Salon-bassens-2019-img160
Salon-Manosque-2019-img160
Salon-Evian-les-bains-2019-img160
Salon-Aix-les-Bains-2019-img160
Salon-Remiremont-2019-img160
Salon-Montrond-les-bains-2019-img160
Salon-Greoux-les-bains-2019-img160
Salon-Vittel-2019-img160
Salon-Saint-Martin-en-Haut-2019-img160
Salon-Romans-sur-isere-2019-img160
Salon-Vichy-2019-img160
Salon-Thonon-2019-img160
Salon-Saint-Cyr-2019-img160
Salon-Seyssins-2019-img160
Salon-Mazan-2019-img160

 

Rechercher
SPAS-RLVP18-ECLMG-160x780
VINIBIOGOURMET-18-160x780-ECOLOMAG
Naturabio-Lille-2018-160x780
peps_paillettes_ecolomag_aromandise-160x780
Ayur-vana-160x780
Aromandise-grillade-left
Aromandise-brumessentielle-left
VS-BANNIERE-MASTIC-2018-ecolomag
Banner-EcoloMag-KeratineComplexForte-FR-160x780-2017-11
clubbio-780-160
Pural-banniere-160x780
noria-160x780
Ballot-flurin-160x780
che-160x780
Ecolo Régions
Bons Plans
RSS

Communiqués

18.11.2018
18.11.2018
18.11.2018
17.11.2018
17.11.2018
17.11.2018
17.11.2018
17.11.2018
17.11.2018
17.11.2018
17.11.2018
17.11.2018
17.11.2018
17.11.2018
17.11.2018
17.11.2018
16.11.2018
16.11.2018
16.11.2018
16.11.2018
16.11.2018
15.11.2018
15.11.2018
15.11.2018
15.11.2018
15.11.2018
15.11.2018
15.11.2018
15.11.2018
15.11.2018
Liste des communiqués