Vous êtes ici : Accueil > ECOLO RUBRIK > ECONEWS

ECONEWS

éconewséconews

 

La ChouetteL'écolomag 59


 

Opinions

France GuillainL’économie nationale,
et même mondiale
au bout de notre fourchette !

À l’heure où j’écris ces lignes, nous ignorons tous comment sera gouverné notre pays après l’élection présidentielle. Pourtant, une seule chose est absolument sûre et certaine : une seule liberté nous appartient à tous, à tout moment, quels que soient ceux qui nous gouvernent. Et cette liberté est celle de nous respecter nous-même en premier lieu, ainsi que respecter tout ce qui nous entoure : nos proches, les autres, le monde naturel, sans lequel nous ne sommes point !

Plus que jamais, l’urgence est de manger bio, des aliments simples tels que la nature nous les offre – carottes, poireaux, scaroles, radis, fraises, framboises et myrtilles –, en les mastiquant, en les savourant lentement, en faisant durer le plaisir, ce qui nous rassasie plus vite. En remerciant ceux qui les ont cultivés, soignés, transportés, ceux qui ont travaillé pour les acheter et les préparer, nous, en l’occurrence !

Car nous avons tous besoin de force, d’énergie, nous avons tous besoin d’un solide moral, lié à la sérotonine et la dopamine que nous apporte l’alimentation traditionnelle humaine, pour que la somme de nos présents individuels de qualité engendre des lendemains de qualité.

dessin-econews59Alors qu’il ne sert à rien de se lamenter sur ce pourquoi nous sommes impuissant, notre première capacité, notre premier pouvoir est celui de notre porte-monnaie.

En n’achetant que des aliments de qualité, en les consommant de manière à en tirer le plus grand profit au moindre coût, ce qui est le cas avec un Miam-Ô-Fruit et un Miam-Ô-5* puisque de plus en plus nombreux sont ceux qui se suffisent de 2 repas par jour, pour le plus grand profit de notre cerveau.

C’est nous qui tenons l’essentiel du marché ! C’est nous qui pouvons infléchir la production alimentaire vers le bio. L’économie nationale et même mondiale au bout de notre fourchette, qui l’eut cru ?

Et, rions un peu, encore plus économique et écologique lorsque l’on privilégie le cru ! Attention, je n’ai jamais écrit que nous devions bannir le cuit ! Le cuit nous apporte mille saveurs, textures, couleurs, odeurs délicieuses, qui favorisent les échanges et développent aussi notre cerveau. Mais une large dominante d’aliments crus extrêmement bien mastiqués est une telle mine de jouvence qu’il serait dommage de ne pas s’en régaler !

Cependant, attention. Lorsque l’on mange des végétaux crus, il faut les liquéfier dans la bouche, il ne doit arriver dans l’estomac que du liquide et de la poudre. C’est à ce prix que l’on n’a aucune carence, même si les végétaux contiennent moins de nutriments qu’autrefois ! Car, grâce à la mécanisation dans tous les domaines, nos besoins sont aussi inférieurs à ceux de la vie très dure d’autrefois. Nous ne passons plus l’hiver à travailler dehors, les vêtements d’aujourd’hui nous protègent beaucoup mieux du froid pour un encombrement moindre, tous nos lieux de travail, de vie ou d’études sont à température tropicale douce à longueur d’année, de 16 à 25 degrés Celsius, comme en Polynésie. Il est loin le temps où les écoliers travaillaient vêtus de leurs manteaux et de mitaines ! Le temps où chaque élève apportait chaque matin sa bûche pour le poêle de la classe, sur lequel cuisaient lentement les pommes de terre qui servaient de repas à midi. Bien des aïeux s’en souviennent encore ! Jamais la vie n’a été aussi douce malgré tout ce que nous pouvons lui reprocher.

L’écolomag foisonne de bons conseils pour nous soutenir, ne les négligeons surtout pas et profitons des beaux jours pour diminuer les céréales et les tubercules au profit des légumes et des fruits frais !

* Le Miam-Ô-Fruit, Le Miam-Ô-5, La Méthode France Guillain - Éditions du Rocher

France Guillain www.bainsderivatifs.fr Facebook : franceguillain

 


 

Olivier Guilbaud

Êtes-vous prêts ?

« Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. » Le clap de fin des contes de notre enfance résonne encore dans nos têtes d’adultes. De belles histoires, dont nous avons du mal à nous détacher au quotidien et qui connaissent périodiquement un regain d’intérêt, notamment lors de grandes respirations démocratiques telles que les élections….

Les contes, les fables, les histoires sont un concentré de choses qui font plaisir, avec tout de même des leçons à retenir pour la suite, lorsque l’on grandit. Le fait est que, parfois, on ne veut pas grandir, on ne veut pas retenir les enseignements de ces récits.

Il est en effet toujours plus facile de se laisser bercer par de belles histoires plutôt que d’affronter la réalité et la compréhension de sa complexité. Tout le monde est pour maintenir un système de santé performant, mais personne ne veut payer plus ou reconnaître l’allongement de l’espérance de vie. Tout le monde veut un travail mais le fait est qu’il faut se lever le matin. Comme je le répète à l’envi, les vacances n’ont pas la même saveur sans le travail qui les précède.

Ah, la société idéale ! Et, pourtant, elle existe… En politique, l’interlocuteur croit toujours aux belles histoires et, comme le dit l’adage, les promesses n’engagent que ceux qui les croient. L’atterrissage est d’autant plus douloureux et la déception grande.

En entreprise, le principe est différent. De belles histoires ne sont pas la priorité des clients et des collaborateurs, qui préfèrent la réalité, la transparence. Bref, des choses vraies. Et ces choses vraies sont d’autant mieux comprises qu’elles permettent d’affronter les décisions difficiles et de renforcer les liens avec l’entité que l’on représente. C’est comme s’il y avait une forme de fainéantise du citoyen, mais, au contraire, une forme de réalisme du consommateur/salarié.

Car ce dernier a pris le pouvoir, depuis plusieurs années maintenant, et on ne doit pas tricher avec lui.

Qu’il s’agisse d’ingrédients, d’effets indésirables ou de pratiques douteuses, l’entreprise se doit de dire la vérité et d’être transparente pour garder le lien avec ses clients. Les réseaux sociaux se chargeront de le lui rappeler en cas de manquement à cette règle. Une révolution copernicienne a eu lieu et, toutes proportions gardées, c’est aujourd’hui le consommateur qui décide et qui oriente les stratégies d’entreprise et de communication vers toujours plus de probité. Gare aux tricheurs, l’effet boomerang est dévastateur. Il est loin le temps des promesses d’efficacité sans caution scientifique. Le régulateur est beaucoup plus vigilant que par le passé et, surtout, les clients veillent... Il faut montrer patte blanche car le consommateur sait tout et peut le vérifier. Il le fait rapidement et diffuse tout aussi rapidement l’information. Faire le tri entre vérité, fausse expertise et manipulation est alors une autre histoire, qui mériterait que l’on s’y arrête plus longtemps…

Eh bien, le monde politique vit cette révolution, qui a démarré avec le concept de démocratie participative. Cela peut parfois éclabousser et faire mal. Le citoyen n’est plus disposé à accepter les non-dits ni les arrangements financiers de ses élus. Lui aussi veut prendre le pouvoir, l’orienter en connaissance de cause, agir et refuser la fatalité des extrémismes. La « civic tech » veut favoriser la participation des citoyens : de nombreuses applis investissent le champ politique pour comparer les programmes, construire à l’échelle locale, favoriser le lobbying. Le politique est bousculé et doit s’adapter. Le citoyen est déçu et passe à l’action… Tant mieux ?

En tous cas, la règle en place sur le marché des biens et services, des relations consommateur/ marque, s’impose désormais sur le « marché » du politique, des relations citoyen/élu. Un cercle vertueux, pour plus de transparence et de vérité ! Ceci dit, le citoyen doit aussi être disposé à entendre des propositions « réalistes », qui n’iront pas toujours dans le bon sens de son portefeuille ou de sa situation personnelle…

Les belles histoires resteront demain pour les enfants et non plus pour les citoyens qui auront appris de leurs erreurs. Êtes-vous prêts ?

Olivier Guilbaud
Co-dirigeant du Laboratoire
Science & Nature

BodyNature-Centifolia

 


 

Un éco-hameau à 1 heure de Paris ?

Une démarche unique en Île-de-France, portée par le Parc naturel régional du Vexin français et la commune de Saint-Cyr-en-Arthies.

eco-hameauNous en avions déjà parlé dans ces pages l’an dernier au début de la démarche (cf. p. 14 l’écolomag n° 55 septembre/octobre 2016), mais, cette fois-ci, c’est la dernière ligne droite pour ce projet ambitieux. Après une dizaine d’ateliers avec les architectes concepteurs et de réunions entre futurs habitants, le projet est stabilisé et va pouvoir entrer dans sa phase de construction. Des rencontres ont également eu lieu avec la commune, ses habitants et les associations locales. La grande variété des montages imaginée au départ a pu être maintenue, avec aussi une grande mixité sociale et générationnelle. Outre l’habitat, une partie des futurs habitants développera des activités in situ pour rompre avec le schéma traditionnel des déplacements domiciletravail. Certains espaces seront mutualisés (buanderie, atelier, studio, jardins, etc.) et gérés collectivement. Les habitants ambitionnent d’aller vers l’autonomie alimentaire grâce à une micro-ferme en permaculture. L’aménagement privilégie la gestion alternative et extensive des eaux pluviales, l'assainissement écologique par phytoépuration. Pour la construction, les écomatériaux, comme le bois, la paille, le chanvre et la terre, seront privilégiés. Il reste encore de la place pour accueillir 4 à 5 familles.

https://villagemonde.com/explorationsolidaire

 


 

chouette-okOne Planet City Challenge invite les villes des 5 continents à valoriser leurs engagements et actions pour le climat

Tous les 2 ans, le WWF mobilise et invite les villes du monde entier à partager leurs engagements, plans et actions mis en oeuvre pour le climat.

Initiative du WWF, One Planet City Challenge a pour objectifs de mettre en évidence les initiatives positives pour le climat et d’encourager davantage de villes à s'engager dans des politiques volontaires, qui permettent de vivre en harmonie avec la nature, dans les limites d’une seule planète. Les villes les plus ambitieuses et les plus engagées en matière de lutte contre le changement climatique, notamment celles qui développent des solutions durables pour l’énergie, l’habitat, les mobilités, en cohérence avec l’Accord de Paris, seront sélectionnées par un jury international et pourront prétendre au titre de capitale mondiale au printemps 2018.

One Planet City Challenge est déployé dans 25 pays. Le WWF invite les villes intéressées à s’inscrire sur la plateforme internationale de reporting, carbonn Climate Registry (cCR), développée par l’ICLEI (Local Governments for Sustainability ou Conseil international pour les initiatives écologiques locales).

Les villes participantes seront jugées par un jury composé d’experts internationaux. Leurs critères d’évaluation concerneront la réduction des émissions de gaz à effet de serre, les ambitions portées et les plans d’action mis en oeuvre pour y répondre en matière d’énergies renouvelables, de transports, de bâtiment, de participation citoyenne… pour adapter ainsi les territoires au changement climatique.

Cette année, une attention particulière sera consacrée à : • l’ambition des collectivités locales et leur capacité à engager les transformations nécessaires ; • leur capacité à intégrer un plan d’action général, cohérent et systémique ; • leur détermination à s’aligner avec l’Accord de Paris sur des bases scientifiques solides de réduction des émissions de gaz à effet de serre ; • leur approche innovante sur les questions de mobilité.

3 villes finalistes par pays seront présélectionnées. Les plus exemplaires seront désignées championnes nationales. Parmi elles, une ville remportera le trophée mondial.

Les finalistes de One Planet City Challenge seront annoncées au printemps 2018.

Le WWF mettra ensuite en valeur les 3 villes finalistes de chaque pays dans une campagne digitale mondiale, pour renforcer le soutien du public dans l’action climatique des villes.

Plus d’infos sur : http://wwf.panda.org/opcc
(site en anglais)

 


 

Bénévolat nature pour la sauvegarde des océans
Si on s’aérait utile ?

J-agis-pour-la-natureLa sauvegarde des milieux aquatiques est une préoccupation majeure pour la bonne santé de notre planète. Véritables réservoirs de biodiversité, les océans représentent également l’un de nos meilleurs alliés pour lutter contre le dérèglement climatique. Pourtant, ils sont devenus notre ultime poubelle : des eaux polluées (par l’agriculture intensive, les rejets des villes et de l’industrie) et quantité de déchets non traités se déversent dans les cours d’eau pour finir dans les océans. Aujourd’hui, on estime que ceux-ci contiennent plus de 280 millions de tonnes de plastique. Résultat : l’apparition d’un « 7e continent » uniquement composé de déchets a été observée. Situé dans le nord-est du Pacifique, ce nouveau continent a une superficie actuelle équivalant à 6 fois la taille de la France ! Malgré une situation alarmante aux 4 coins du monde, seulement 4 % des océans sont actuellement protégés, alors qu’ils représentent 70 % de la surface de la planète.

Parmi les nombreuses actions qu’elle met en place, la Fondation Nicolas Hulot a créé le programme J’agis pour la Nature. Cet outil donne aux citoyens qui souhaitent participer à la protection de l’environnement l’opportunité de se mettre en contact avec des structures locales qui ont besoin de bénévoles, pour les appuyer dans leurs missions de terrain partout en France : nettoyage des plages, chantiers participatifs, réseaux d’observateurs volontaires pour des collectes de données…

Aujourd’hui, grâce à vous, plus de 3 234 activités de bénévolat nature, organisées par près de 550 structures, ont été proposées au 15 000 bénévoles inscrits sur J’agis pour la nature. Cependant, ce programme ne peut exister sans votre aide. Pour continuer à mettre en place des actions concrètes pour sauvegarder les océans et les espèces marines, votre soutien est nécessaire ! Il est plus que temps d’agir tous ensemble pour la protection des océans et de la vie qu’ils abritent.

Rendez-vous sur : www.jagispourlanature.org

 


 

pur-noisetierPur Noisetier
Des bijoux thérapeutiques naturels pour toute la famille

Le leader mondial Pur Noisetier célèbre son 20e anniversaire au printemps ! En effet, des milliers de clients ont pu bénéficier des vertus thérapeutiques du bois de noisetier du Canada depuis 1997. Aujourd’hui, les populaires colliers et bracelets sont offerts à travers le monde, et les Français peuvent enfin découvrir les bienfaits du noisetier contre l’arthrite, la poussée dentaire douloureuse, les maux d’estomac, l’eczéma, le psoriasis, les aphtes, et plus encore.

Inspirés d’une tradition purement amérindienne, les bijoux Pur Noisetier sont faits main à partir de bois 100 % naturel de la forêt boréale, seule espèce de noisetier scientifiquement reconnue pour ses qualités antioxydantes et anti-inflammatoires. Plusieurs modèles et tailles sont disponibles afin de plaire à toute la famille. Les colliers pour bébés sont des plus sûrs grâce au fermoir conforme aux normes de sécurité européennes. De plus, tous les bijoux sont ensachés hermétiquement pour en garantir la qualité, la fraîcheur et l’hygiène.

« Si j’avais su que j’obtiendrais un soulagement à mes douleurs articulaires en portant un beau bijou, je l’aurais essayé bien plus tôt. » Maryse Bélanger, Québec

Visitez le site internet de Pur Noisetier pour lire d’autres témoignages et accéder à la boutique en ligne.

Pur Noisetier Inc.
3551, rue King Est - Sherbrooke (Québec)
J1G 5J4 - Canada
Tél. : (001) 819 791 0777
Site : www.purnoisetier.fr

 


 

chouette-ok1001Pact et REI Habitat lancent l’obligation résiliente participative pour financer la ville durable

Changer de modèle de ville implique de changer de modèle de financement. C’est sur la base de ce constat que REI Habitat, promoteur leader de la construction bois et engagé dans la transition sociale et environnementale, lance l’obligation résiliente en crowdfunding, en partenariat avec la plateforme d’Aviva impact investing 1001Pact.

1001pactAdossée à une charte ESG (Environnement, Social, Gouvernance) et à des engagements de performance, cette émission obligataire viendra financer la vision et les projets engagés du groupe REI, à hauteur de 2,5 millions d’euros. Le promoteur s’engage à ne construire que des opérations à très haute valeur environnementale, uniquement en structure bois, avec des matériaux certifiés PEFC et issus de circuits courts, afin d’atteindre un objectif d’empreinte carbone beaucoup plus faible que sur des projets classiques. Chaque projet visera les plus hauts labels existant, et fera l’objet d’une évaluation transparente. La filiale ReMake généralise une démarche de récupération des chutes de chantiers afin de tendre vers le zéro déchets et de proposer une gamme de mobilier et second oeuvre design.

À rebours des habitudes de la promotion immobilière, REI met sur pied des modèles économiques innovants dans l’optique de sortir d’une logique de rentabilité de court terme, en pensant ses équations dans la durée, en ayant recours à la finance participative, et en s’associant à des partenaires issus de la finance éthique et responsable et de la finance traditionnelle.

À travers 9 projets en phase opérationnelle, REI Habitat compte à ce jour environ 350 logements engagés et 1 000 logements à l’étude, dont certains dans le cadre des appels à projets Réinventer la Seine et Inventons la Métropole. Grâce à la construction bois, chaque opération vise une performance environnementale exemplaire. Le groupe mène également des initiatives de R&D en matière d’immobilier innovant, de transition environnementale et de nouveaux modes de vie, via son bureau d’études EQO Ingenierie et sa cellule action/expérimentation ReMake.

Jusqu’ici, les levées de fonds en crowdfunding permettaient aux investisseurs de s’inscrire en soutien de projets, opération par opération. Pour la première fois, l’émission d’une obligation corporate servira à financer un pool d’opérations engagées, ainsi que la vision et le développement général de l’entreprise : recherche & développement, innovation, expérimentations…

Adossée à des critères d’évaluation et à une charte ESG (Environnement, Social, Gouvernance) négociée avec la plateforme 1001Pact, l’obligation résiliente sera rémunérée au taux annuel de 6 %, remboursable in fine au bout de 3 ans. Pour ouvrir la participation au plus grand nombre et inciter à l’émergence d’une finance citoyenne, le ticket d’entrée a été fixé à 100 euros minimum.

Plus d’infos sur https://1001pact.com

 


 

EcoTree, la start-up qui vous permet de devenir propriétaire d'arbres

Alors que le développement durable est un enjeu vital aujourd'hui mais souvent perçu comme trop contraignant, la start-up EcoTree propose aux entreprises et aux particuliers un concept innovant : investir dans la forêt française.

ecotreeEcoTree est une société spécialisée dans le développement durable, dont l’objet est de récompenser et de valoriser la conscience écologique des entreprises et des particuliers en offrant des solutions innovantes d’investissements rentables dans la plantation d’arbres.

La volonté d'EcoTree est ainsi de réconcilier le développement durable et la rentabilité.

Comment ça marche ?

- La start-up permet d'acheter des arbres qui sont plantés en France sur des parcelles détenues par EcoTree, qui s'occupe de la plantation, de l'entretien…

- Les arbres sont géolocalisés et les acheteurs peuvent voir la valorisation et le CO2 absorbé. À maturité, la vente du bois sera entièrement versée à leur propriétaire.

- Le rendement proposé est en moyenne de 2 à 4 % par an.

- Il est aussi possible d'offrir un arbre à un proche.

Une démarche d’investissement rationnel, qui participe au rachat de notre dette carbone !

Plus d’infos sur : https://ecotree.fr

 


 

chouette-okPremière mondiale :
le Salvador interdit les mines de métaux

salvadorFin avril, le Salvador est devenu officiellement le premier pays du monde à interdire les mines de métaux sur son territoire, estimant qu’il s’agit d’une activité nuisible pour l’environnement et la santé publique. « Aucune institution, norme, acte administratif ou résolution ne pourra autoriser la prospection, l’exploration, l’extraction ou le traitement de produits miniers métalliques au Salvador », selon cette loi votée, le 29 mars dernier, par l’ensemble des partis au parlement.

Ce texte fait du petit pays d’Amérique centrale un pionner dans la lutte contre l’activité minière et ses effets néfastes sur l’environnement et la population.

Source : www.goodplanet.info

 


 

eco-livres

Tous au jardin
de Lia Leendertz - Photographies de Mark Diacono

livre-tous-au-jardinOuvriers, solidaires, partagés, les jardins se réinventent

Voici un ouvrage qui présente les multiples possibilités des jardins ouvriers et communautaires que l’on trouve aujourd’hui. Nichés dans des lieux improbables, sur de toutes petites surfaces, sur des toits d’immeubles, dans une benne recyclée ou encore dans la cour d’une entreprise ou au sommet d’une falaise, ces jardins ne cessent de nous étonner. La nature reprend ses droits, quel que soit l’endroit !

Les auteurs, Lia Leendertz et Mark Diacono, nous entraînent à la découverte des jardins partagés les plus incroyables et originaux qu’ils ont pu croiser sur leur route ; l’occasion également de rencontres exceptionnelles avec des « jardiniers-artistes » motivés, qui témoignent de leurs projets. Nul besoin d’espace, la moindre parcelle peut être utilisée et l’on est surpris par tant de prouesses et d’inventivité ! Émaillé de nombreuses photos, ce beau livre présente diverses réalisations, hors normes, montrant que les jardins sont en constante évolution pour devenir de véritables terrains d’expérimentation et des lieux d’échanges solidaires. Nous sont ainsi révélées des idées à copier et à multiplier, pour retrouver l’inspiration du jardin et de la culture potagère : créer du lien social, améliorer les conditions de vie et la recherche de l’autosubsistance alimentaire.

Le leitmotiv de cet ouvrage ? Montrer qu’avec l’urbanisation tentaculaire, l’homme est capable de trouver de nouvelles idées pour faire entrer la nature au coeur de sa vie. Les nombreux exemples proposés parlent d’eux-mêmes. C’est une réussite et un véritable plaidoyer pour un avenir optimiste. Alors, tous au jardin !

Éditions Hoëbeke - 160 pages - 25 €

 

Sustainable Design 5
de Marie-Hélène Contal et Jana Revedin

livre-sustainableVers une nouvelle éthique pour l’architecture et la ville

Pour répondre aux défis écologiques et sociaux qu’affrontent actuellement nos sociétés, une avant-garde d’architectes s’emploie à reconstruire une relation d’équilibre entre ressources et hommes. Une scène mondiale d’architecture émerge. Ses acteurs n’y partagent plus des modèles mais une éthique, des processus, des expériences. Ce sont ces architectes qui innovent dans le monde entier que souhaite récompenser le Global Award for Sustainable Architecture, créé en 2007 par l’architecte et professeur Jana Revedin, en partenariat avec la Cité de l’architecture & du patrimoine (Paris).

Ce prix récompense chaque année 5 architectes qui partagent l’éthique du développement durable et mènent des expérimentations en milieu urbain, dans les grands territoires et dans tous les milieux habités. En 2016, le thème est La ressource illimitée du temps. Les architectes Patama Roonrakwit (Thaïlande), Patrice Doat (France) et Kengo Kuma (Japon), Gion Caminada (Suisse) et Derek Van Heerden (Afrique du Sud) sont les lauréats de la 10e édition du Global Award for Sustainable Architecture.

Éditions Alternatives - 152 pages - 25 €

 

Les déchets ça suffit !
de Jacques Exbalin

livre-les-dechets-ca-suffitL’état des lieux

La lecture de ce livre amène à prendre conscience des dégâts provoqués par les déchets plastiques en mer, notamment sur la faune aquatique. Il conduit ainsi à de nouveaux comportements à propos de l'achat ou de l'utilisation de produits en plastique.

Un livre salutaire, écrit par un enseignant, à mettre entre toutes les mains, notamment celles des générations futures. Il est temps d’agir autrement.

Éditions L’Harmattan - 136 pages - 10 €

 


 

N° Suivant N° Précédent

 

Agenda
salon-bien-etre-tous-03-img1-min
Terre-vivante-img1-min
Veggie-World-img1-min
Journees-QI-GONG-img3-min
APIdays-img1-min
festival-biozen-img1-min
SalonBEBT-2017-Toulouse
Salon-Bien-Etre-Ploermel-2017-2-img1-min
salon-mieux-etre-img1-min
salon-zen-20-img1-min
Les-rendez-vous-du-bien-etre-img1-min
SalonBEBT-2017-Bordeaux

 

Rechercher
silicium-WEB-ECOLOMAG-160X780
Nature & Cie Nouveautés 2017
2017_01_hildegarde_meilleur_produit_bio_2017
CURCUMAXX-160-780
clubbio-780-160
Pural-banniere-160x780
noria-160x780
Ballot-flurin-160x780
che-160x780
Kuvings
Ecolo Régions
Bons Plans
RSS

Communiqués

22.06.2017
22.06.2017
22.06.2017
22.06.2017
22.06.2017
22.06.2017
22.06.2017
22.06.2017
22.06.2017
22.06.2017
22.06.2017
22.06.2017
20.06.2017
20.06.2017
20.06.2017
20.06.2017
20.06.2017
20.06.2017
20.06.2017
20.06.2017
20.06.2017
20.06.2017
20.06.2017
20.06.2017
20.06.2017
20.06.2017
18.06.2017
17.06.2017
17.06.2017
17.06.2017
Liste des communiqués