Vous êtes ici : Accueil > ECOLO RUBRIK > ECOHABITAT

ECOHABITAT

écohabitatécohabitat

 

La ChouetteL'écolomag 61


 

l-arbre-immobilier

 

Mise en autonomie d'une maison
Suite de la transformation
de la maison des années 70

Proposé par Franck Gougerot

Conseils habitat, santé énergétique, permaculture
et éducation environnementale

www.larbreimmobilier.com

Retour aux économies d'énergie chez la famille M.

maison1Après un été bien sec, la famille M. vous relate ses péripéties avec le poulailler, l'autonomie en eau et la ruche. En effet, la vie n'est pas un long fleuve tranquille. Ce n'est pas parce que vous voulez changer le monde que le monde, lui, l’accepte.

 

La ruche

L'Arbre prévient la famille M. de la règlementation pour implanter une ruche. Ce n'est pas très compliqué, mais il est important de savoir avant si la mairie n'a pas pris un arrêté spécial. La ruche sera posée dans un coin du jardin, à l'abri des regards dans le respect des articles L. 211-6 et L. 211-7 du Code rural. Dans le cas de la famille M., voici l'extrait qui leur permet d'installer la ruche :

Ne sont assujetties à aucune prescription de distance les ruches isolées des propriétés voisines ou des chemins publics par un mur, une palissade, une haie vive. Ces clôtures doivent avoir une hauteur de 2 mètres et s'étendre de 2 mètres de chaque côté de la ruche.

Aujourd'hui, il existe des ruches « cheminée » ou bee pass, où l'abeille rentre chez elle par un conduit de 2,50 m de hauteur. Il est donc possible de s’adapter à la réglementation.

Le coût de l'opération est de 300 €. Les voisins n'ont rien vu et rien dit, jusqu'au jour où la vieille reine a décidé d'essaimer (de partir ailleurs). Il y eut un énorme nuage d'abeilles qui passa dans le jardin du voisin et, pendant quelques minutes, des milliers d'abeilles ont survolé la maison et les alentours à la recherche d'un endroit où se poser. La maman a eu très peur, enferma sa fille. Son mari, furieux, voulut exprimer son mécontentement. Tout se termina bien lorsque la famille M. offrit un pot de miel au voisin.

La peur des abeilles est une réalité pour beaucoup d’entre nous. Apprendre à les connaître peut aider à gérer sa peur. Comprendre leur fonctionnement contribue à une plus grande acceptation de cet insecte, indispensable à la survie des mammifères – dont nous sommes.

 

Le poulailler

Lorsque la famille M. décide de construire son poulailler, l’Arbre leur propose d’effectuer une déclaration de travaux, même si celle-ci n’est pas obligatoire. En effet, le poulailler est démontable, fait moins de 1,80 m de hauteur et moins de 5 m² en surface. Mais il arrive que le service urbanisme exige une déclaration même dans ce cas.

Les travaux commencent avant d’avoir eu l’acceptation de la mairie. Il faut quelques bastaings, un peu de polycarbonate, des panneaux en OSB et des bottes de paille. La facture s’élève à 80 €.

Un voisin vient se renseigner. C’est avec plaisir que la famille M. explique le projet. Quelques jours après, cette personne envoie un courrier : il est en total désaccord avec le projet, qui ne va apporter que des désagréments :
- la vermine,
- des odeurs désagréables,
- des renards, - du bruit,
- et une dépréciation de son bien immobilier.

Il termine sa lettre en enjoignant la famille M. à aller vivre à la campagne.

Mais cela ne s’arrête pas là. Presque 1 mois après que la déclaration de travaux ait été déposée, la responsable du service urbanisme souhaite rencontrer la famille M. Quelle stupeur lorsque la famille M. découvre que le voisin a fait jouer ses relations pour faire stopper la construction (en effet, le voisin est un ancien membre de la mairie à la retraite).

L’Arbre ayant bien préparé l’entretien avec la famille M. (législation nationale, association, jurisprudence), la responsable ne pouvait que faire perdre du temps en réclamant plus de précisions et de nouveaux plans à joindre au dossier.

Un an après, le poulailler n’est pas terminé. Le design permacole a évolué. La création d’un enclos et de grillage est nécessaire pour éviter une visite fortuite des poules chez les voisins ! Les enfants, eux, sont impatients.

 

La récupération d’eau de pluie

Le système mis en place a été inventé par Joseph Orszagh (professeur d’université, pionnier dans le traitement des eaux usées). Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le site eautarcie.org. Son nom : Pluvalor. Il suffit de 2 cuves en béton connectées à la toiture, 1 aérateur, 1 pompe à eau de bassin, 1 pompe hydrophore, 2 filtres – 25 microns et 10 microns –, le tout connecté à votre système de plomberie. Il faut ajouter un clapet anti-retour pour être en conformité avec le système des eaux de la ville, puis un robinet pour l’eau potable raccordé à un osmoseur ou un système de filtre à charbon + céramique, voire lampe UV. La famille M. a sacrifié une partie de son sous-sol pour construire les 2 cuves, utilisant environ 15 m² au sol. Le coût des travaux est de 2 900 €.

À présent, les factures d’eau n’existent plus. Tous les jours, 2 bouteilles d’eau (environ 20 minutes pour remplir 1,5 litre) sont remplies. L’eau n’est plus calcaire, donc meilleure pour la peau et les machines. Cette eau est exempte de chlore, de résidus médicamenteux, d’hormones et de traces de pesticides.

L’entretien est facile : tous les 6 mois, changement des filtres 25 et 10 microns. La famille M. a investi dans un appareil qui mesure le pH, la conductivité et les résidus à sec. Elle sait ainsi quand changer son osmoseur. Dans le milieu des buveurs d’eau de pluie, certains la boivent depuis 30 ans en ne filtrant qu’avec un 10 microns… Eh oui, l’eau de pluie, par définition, est potable.

L’Arbre a préconisé d’installer 2 robinets extérieurs connectés au réseau de la ville au cas où le jardin aurait besoin d’eau. En effet, l’eau du réseau étant de mauvaise qualité, elle servira uniquement pour l’extérieur.

La famille M. est heureuse de ces changements. Tout est vécu comme une fête, un challenge et toutes les occasions sont bonnes pour l’autodérision : « la petite maison dans la prairie » ou « la cabane au fond du jardin ».

Tout y passe et c’est tant mieux, car, si l’on ne peut plus rire de choses sérieuses, alors nous finirons tous en chiens de faïence.

Merci à elle de nous avoir ouvert ses portes. À très bientôt pour un bilan global et, peutêtre, de nouvelles résolutions.

Pour venir visiter les lieux,
adressez-vous à Franck : 06 61 14 75 73

 


 

eco-livres-orange

Urban jungle
d’Igor Josifovic et de Judith de Graaff

livre-urban-jungleDécorez avec les plantes

Un beau livre d’inspiration, pour faire un peu de place à la nature dans son intérieur et dans sa vie ! Les auteurs, créateurs du collectif Urban Jungle Bloggers, emmènent le lecteur en voyage pour lui faire découvrir des intérieurs végétalisés à travers toute l’Europe. Ils livrent conseils, astuces et DIY pour décorer avec les plantes et en prendre soin, et proposent des focus sur 10 plantes d’intérieur incontournables.

Éditions Eyrolles - 176 pages - 24 €

 

Calendrier des semis biodynamique 2018
de Maria et Matthias K. Thun

livre-calendrier-des-semis-2018Tenir compte des rythmes lunaires et planétaires, grâce au Calendrier des semis, permet d'obtenir de façon naturelle des plantes plus résistantes et des légumes plus savoureux. Vous y trouverez les dates favorables pour les semis, les repiquages, les récoltes et tous les travaux concernant les fruits et légumes, mais aussi des indications dans les domaines de l'apiculture, la sylviculture et la viticulture.

Le Calendrier des semis biodynamique est à l'origine de tous les calendriers lunaires basés sur les « jours feuilles-fleurs-fruits-racines ».

MABD Éditions - 118 pages - 10 €

 

Le petit livre du fumain
de Joseph Jenkins

livre-le-petit-livre-du-fumainManuel de compostage de fumier humain

Et si les rejets organiques des 7 milliards de personnes qui vont aux toilettes chaque jour se transformaient en ressources à valoriser ? Recycler nos selles et notre urine reste un tabou majeur dans nos sociétés. Pourtant, faire nos besoins dans de l’eau potable est peut-être l’une de nos habitudes culturelles les plus curieuses et les plus polluantes.

Joseph Jenkins offre ici un argumentaire convaincant en faveur du compostage du fumain (néologisme créé à partir de la contraction de « fumier humain »), une solution tout indiquée pour prévenir la pollution de l’eau, fertiliser les sols, protéger nos réserves d’eau potable et améliorer notre santé.

Enfin disponible en français après un succès phénoménal aux États-Unis, ce guide pratique fournit des informations scientifiques détaillées sur la façon dont le fumain peut être recyclé hygiéniquement, sans avoir à recourir à des gadgets technologiques ou des produits chimiques, sans se saigner monétairement et sans polluer l’environnement. Richement documenté sur les techniques de compostage, les systèmes alternatifs de traitement des eaux usées, la fertilité des sols, les micro-organismes et bien plus encore, il explique aussi comment se procurer ou construire soi-même une toilette à fumain ou un bac à compost.

Éditions Écosociété - 252 pages - 29 €

 


 

Emmanuel-ToitotUn billet pour l’autonomie
L’autonomie électrique,
passage à l’acte !

par Emmanuel Toitot

 

maisons2On en parle !… Devant les difficultés de gestion nucléaire et les tarifs annoncés à la hausse, l’autonomie électrique devient une valeur citoyenne de plus en plus abordable. D’autant qu’en parallèle, les technologies ont accru leur fiabilité et leurs performances. Mais que manque-t-il encore aux citoyens pour passer à l’acte ? Peurs et rumeurs font leur oeuvre. Alors, essayons de mettre la lumière sur cette démarche d’avenir.

 

Dimensionnement - Stockage - Secours

C’est la règle d’or de l’autonomie en général, qu’elle soit pour l’eau, le thermique ou l’électrique. Si ces 3 paramètres sont bien étudiés et respectés, vous éliminez la plupart des difficultés rencontrées à l’utilisation.

 

Panneau photovoltaïque

La consommation électrique moyenne d’un foyer est d’environ 3 500 kWh/an. Une installation photovoltaïque de 26 m² produira en moyenne 4 000 kWh/an. Alors, oui, il est tout à fait possible de générer et de stocker suffisamment d’énergie pour vos besoins quotidiens. Et puis, le panneau photovoltaïque présente de nombreux avantages :
- Silencieux et sans mouvement, il est sans entretien et sans nuisances.
- Il fonctionnera tous les jours et partout dans le monde.
- À base de silicium, il est aujourd’hui recyclable et recyclé.
- Il perd moins d’1 % de rendement chaque année. Dans 20 ans, il fournira encore 80 % de son rendement initial.
- Il restitue en 2 ans l’énergie nécessaire à sa fabrication.
- À l’achat, 1 watt coûte en moyenne 0,90 €.

 

Batterie plomb

Non, le plomb n’est pas dangereux pour la planète ni pour les personnes quand il est enfermé dans une batterie ! Par ailleurs, la filière plomb et sa technologie sont parfaitement maîtrisées. Le fabricant français annonce un recyclage effectif de ses batteries à 97 % !

La durée de vie d’une batterie plomb oscille entre 7 et 15 ans en configuration autonomie et selon le modèle, ce qui en fait la solution actuelle de stockage la moins dangereuse, la moins polluante et la plus rentable.

 

Gestion électronique

Chargeur et convertisseur – cerveaux de l’installation – sont désormais très performants et fiables. La marque phare propose des mises à jour régulières, un SAV et des garanties sans mauvaises surprises, pour assurer la tranquillité de l’utilisateur. Et puis, vous disposez aujourd’hui d’un historique, d’une connexion à distance et de toutes les sécurités pour suivre et diagnostiquer votre installation.

 

Coût

Le coût moyen d’une installation 100 % autonome complète, avec groupe électrogène gaz, est de 19 500 € TTC, soit le prix d’une voiture. Votre voiture vous est très utile, mais vous ne vous en servez réellement que 10 % du temps. Un système autonome est utilisé à 100 % du temps et la rentabilité d’une installation est comprise entre 7 et 10 ans, selon sa configuration.

 

Diversifier les sources d’énergie

Il n’y a pas de réelle limite à la puissance injectée dans une maison. Pour autant, il convient de ramener l’électricité à un niveau plus juste d’utilisation, en s’appuyant sur d’autres sources renouvelables. Ainsi, un chauffe-eau électrique deviendra solaire thermique, un poêle bouilleur remplacera un radiateur électrique…

 

Les utopies d’aujourd’hui sont les solutions de demain

Je ne préconise pas de se couper radicalement de son fournisseur d’énergie, mais simplement de pouvoir disposer au maximum de sa propre énergie et d’en répartir intelligemment les sources. Les alternatives existent. Devenir autonome en électricité est un choix, qui, dans les années à venir, pourrait s’avérer indispensable. L’autonomie n’est pas un retour en arrière, mais un grand pas vers le futur, au coeur des nouvelles réalités de l’humanité. Une nouvelle ère se dessine.

Emmanuel Toitot
Expert en solutions autonomes
Conseil, formation, vente et installation
www.toitot.com / 06 89 19 62 71

 


 

Philippe Bouchaud

 

Petit lexique de géobiologie…
QAI : la Qualité de l’Air Intérieur

par Philippe Bouchaud

 

DÉFINITION

La QAI dépend des pollutions générées à l’intérieur des constructions, mais aussi provenant de l’extérieur.

Il existe 3 grandes familles de polluants :

1. Les polluants chimiques. Les COV – ou composés organiques volatils : formaldéhyde, benzène, phtalates, acétone, trichloréthylène… issus des matériaux, revêtements, meubles, produits ménagers, tabagisme, encres, plastiques, etc. Et les gaz : oxydes d’azote, monoxyde et dioxyde de carbone… produits par les appareils à combustion, la respiration, etc.

2. Les polluants physiques. Ce sont les particules fines et les fibres provenant des carburants, de l’amiante, des isolants, du tabagisme, du chauffage, etc.

3. Les biocontaminants. Il s’agit des moisissures (humidité intérieure, remontées capillaires…), des allergènes domestiques (acariens, animaux domestiques, blattes…) et des allergènes végétaux (pollens).

Il existe de multiples appareils de mesure – ou dosimètres passifs – pour quantifier les différents types de polluants. Cela donne une véritable vision de la situation afin d’apporter les corrections adéquates. Indirectement, et uniquement dans le cas de locaux fréquentés par de nombreuses personnes (crèches ou écoles, par exemple), il est possible de ne rechercher que l’indice de confinement.

Il s’agit de déterminer en continu la concentration en CO2 dû à la respiration et d’en conclure si le local est suffisamment aéré ou non. Le raisonnement consiste alors à extrapoler que, si le niveau de CO2 est maintenu bas par une bonne aération, celui des autres polluants le sera aussi… sans savoir s’il y en a ou non. Souvent, ces appareils proposent aussi la mesure de l’humidité et de la température, pour une information facilement compréhensible par les occupants d’un local.

Il existe maintenant des obligations pour certains ERP (établissements recevant du public), et notamment ceux accueillant des enfants, pour les lieux de travail, etc., mais pas pour le résidentiel…

 

MON CONSEIL BIEN-ÊTRE

Il faut être conscient que nous inhalons en moyenne 5 475 m³ d’air par an, qui irriguent nos organes (tels que nos poumons) et notre sang (qui circule dans notre cerveau, nos muscles…). Les conséquences d’une mauvaise QAI vont de la simple gêne jusqu’à de véritables maladies. Certaines études indiquent que la pollution de l’air serait la 3e cause de mortalité en France, après le tabac et l’alcool. Avec les rayonnements électromagnétiques, la QAI fait partie des principaux facteurs de risques dans l’habitat moderne. C’est pourquoi une bonne analyse géobiologique doit absolument prendre en compte ce paramètre.

 

Philippe Bouchaud - GCB Conseils
Expertises / Formations / Livres
www.geobiologie-pb.com info@geobiologie-pb.com / 06 15 21 18 74

 


 

N° Suivant N° Précédent

 

Agenda
salon-bien-etre-tous-03-img1-min
Terre-vivante-img1-min
Veggie-World-img1-min
NATEXPO-01
Salon-bien-etre-La-Balme-de-Sillingy-img1-min
Festi-la-Vidal-img1-min
Conference-Henri-Joyeux-img1-min
BAN-ZEN17-160X230-ECOLOMAG
Salon-bien-etre-Thonon-les-Bains-img1-min
salon-Pernes-2017-img1-min
marche-bio-Aster-img1-min
Salon-bio-Fontenay-img1-min
Zen-et-Bio-Nantes-img2
horizon-vert-img3-min
A-vos-jardins-img1-min
foire-bio-garonne-2017-img3-min
ARTE17-ECOLOMAG-160X230-1
Marjolaine-160x230
Les-rendez-vous-du-bien-etre-img1-min
SalonBEBT-2017-Bordeaux
BAN-VINIBIOGOURMET-17-160X230

 

Rechercher
Marjolaine-160x780
silicium-WEB-ECOLOMAG-160X780
Nature & Cie Nouveautés 2017
2017_01_hildegarde_meilleur_produit_bio_2017
CURCUMAXX-160-780
clubbio-780-160
Pural-banniere-160x780
noria-160x780
Ballot-flurin-160x780
che-160x780
Kuvings
Ecolo Régions
Bons Plans
RSS

Communiqués

21.09.2017
21.09.2017
21.09.2017
21.09.2017
21.09.2017
21.09.2017
21.09.2017
21.09.2017
21.09.2017
14.09.2017
14.09.2017
14.09.2017
14.09.2017
14.09.2017
14.09.2017
14.09.2017
08.09.2017
08.09.2017
08.09.2017
08.09.2017
08.09.2017
08.09.2017
08.09.2017
08.09.2017
08.09.2017
07.09.2017
07.09.2017
07.09.2017
06.09.2017
05.09.2017
Liste des communiqués